Posts from the ‘American Indian Mouvement (AIM)’ Category

AIM PARLE A L’ONU

American Indian Movement à l’ONU: le droit de parler

PRESS RELEASE COMMUNIQUÉ DE PRESSE
AMERICAN INDIAN MOVEMENT American Indian Movement
GRAND GOVERNING COUNCIL GRAND CONSEIL D’ADMINISTRATION
24 September 2009

Le droit de parole
Dans le discours du président d’Obama à l’Organisation des Nations Unies le 23 Septembre 2009, il a parlé d’un «nouveau cours».  Il ya deux ans, quatre pays ont voté contre le solitaire Déclaration des Nations Unies relative aux droits des populations autochtones, elles étaient le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis d’Amérique. Le gouvernement australien a depuis lors changé son vote et prend désormais en charge les droits de l’homme internationaux bannière vers les peuples autochtones.
L’American Indian Movement pose la question de l’administration Obama: Est-ce son administration reconnaître et de soutenir la norme internationale approuvée par la grande majorité des nations du monde?
L’Organisation des Nations Unies l’an 64e amène les dirigeants du monde ensemble pour notre patrie sacrée pour discuter des effets des problèmes du monde à l’humanité. L’American Indian Movement respecte le droit de tous les dirigeants du monde à prendre la parole. Nous soutenons le droit de Mouammar Al Gadafi, leader de la Libye. Nous respectons le droit d’Evo Moralas, président de la Bolivie. Nous respectons le droit d’Hugo Chavez, président du Venezuela. Nous respectons le droit de Mahmoud Ahmadinejad, Président de l’Iran.  Nous respectons le droit de parler à l’ONU de tous les dirigeants du monde entier qui visitent notre patrie.
On parle souvent en termes du premier monde, ou l’ouest, ou le deuxième monde, à l’est, ou le tiers monde, ou le non-alignés. Une autre dimension importante à ce concept est le quart-monde de personnes naturelles et autochtones. Peuples dont les populations souvent aller au-delà des frontières géo-politiques.  Bien que ces luttes ont cours depuis des centaines d’années, la communauté internationale a, pour la plupart, ignoré cette réalité.
L’un des plus grands crimes contre l’humanité s’est produite ici même aux États-Unis d’Amérique.  Soutien à la Déclaration sur les droits des populations autochtones est un début à droite de ce grand tort.

Clyde Bellecourt, co-fondateur American Indian Movement

612.251.5836 612.251.5836

Bill Means, International Indian Treaty Council

612.386.4030 612.386.4030

Chef Terrance Nelson, Vice-président American Indian Movement

204.782.4827

Souce: bsnorrell

Publicités

OCCUPATION DE L’ÎLE D’ALCATRAZ (AIM)

aim-native-american-indian-movement-peace-sign

Des milliers d’Indiens d’Amérique ont occupé la demeure abandonnée d’Alcatraz, petite île de la baie de San Francisco. Le pénitencier fédéral qui abrite la plus célèbre d’Amérique criminels jusqu’à la fermeture en 1963.

09-07-21 10 18 38

L’île d’Alcatraz est une île située au milieu de la baie de San Francisco, en Californie aux États-Unis. Elle fut nommé ainsi par les Espagnols car elle servait de refuge à de nombreux pélicans (alcatraz en espagnol) .Cette île hébergea pendant quelques décennies une forteresse militaire (1850-1909), puis une prison militaire (1909-1933) et une prison fédérale de haute sécurité (1934-1963). Aujourd’hui, le complexe d’Alcatraz a été reconverti en un site historique, géré par le service des parcs nationaux des États-Unis.

Le phare d’Alcatraz est le plus vieux phare en activité de la côte Ouest des États-Unis. Il a d’ailleurs été le premier phare construit sur la côte Pacifique et fonctionne depuis 1854. Il n’a cessé d’éclairer qu’une seule fois, en 1970, lors de l’incendie qui détruisit la maison du gardien et coupa l’alimentation électrique.

800px-Alcatraz_island

Les occupants ( l’AIM) de l’île qui s’est tenue pendant près de dix-huit mois, du 20 novembre 1969, jusqu’au 11 Juin 1971. Pour justifier cette occupation, les Indiens s’étaient appuyés sur une loi disant qu’un territoire fédéral abandonné pouvait revenir aux Indiens. Plus de 5600 Indiens de l’Amérique ont adhéré à l’occupation, certains pour tous les dix-huit mois et d’autres pour une partie seulement d’une journée. Indiens d’Amérique, comme beaucoup de gens de couleur à cette époque, ont été nourris avec le statu quo.  Le revenu annuel du ménage d’un Indien de l’Amérique famille était de $ 1.500-un quart de la moyenne nationale. Leur espérance de vie était de 44 alors que d’autres Américains pourraient espérer atteindre 65 ans. Alcatraz devient un lieu de réunion, de discussion entre Indiens de diverses tribus. Dans les locaux à l’abandon, ils s’installent en famille, alternant les réunions politiques et des pow wows .

DEROULEMENT DE L’OCCUPATION

Le 9 novembre 1969, un événement spectaculaire attire l’attention sur les Indiens et Alcatraz. Avant l’aube, 78 Amérindiens débarquent sur l’île (en 1964 déjà, une poignée d’étudiants avaient fait de même pour proclamer une université indienne mais ils avaient été rapidement expulsés et cette tentative était passée inaperçue). Le groupe est mené par Richard Oakes, un Indien Mohawk, directeur du département des études indiennes au collège d’État de Chicago et Grace Thorpe, Indienne Sac et fox fille de Jim Thorpe, footballeur et athlète olympique indien.

Ce groupe est rejoint par d’autres Indiens et en moins d’un mois, ils sont environ six cents qui représentent cinquante tribus différentes. Ils se désignent « Indiens de toutes les tribus » et rédigent une déclaration intitulée Nous tenons le Rocher dans laquelle ils proposent d’acheter Alcatraz avec des perles de verre et des chiffons de toile, comme les Blancs l’avaient fait pour Manhattan trois cents ans auparavant. Ils exigent, en outre, la création d’un centre culturel et universitaire à Alcatraz, où ils pourraient recevoir dans leur langue une éducation conforme à leur culture, à leurs pratiques cérémonielles, à leurs croyances et où ils apprendraient à vivre en accord avec leur propre philosophie de la nature. Au cours de cette période, ceux-ci avaient attiré l’attention de millions d’Américains et d’étrangers sur leurs difficultés.

Ils ajoutent :

« Nous pensons que cette île que vous appelez Alcatraz est idéale pour recevoir une réserve indienne telle que les Blancs la conçoivent. En fait nous pensons que cet endroit présente déjà toutes les caractéristiques des réserves indiennes :

  1. Elle est éloignée de tous les services et n’est desservie par aucun moyen de transport adéquat.
  2. Il n’y a pas d’eau courante.
  3. Les services sanitaires sont défectueux.
  4. Pas de pétrole ou de minerai.
  5. Pas d’industrie et donc un chômage très élevé.
  6. Aucun service de santé.
  7. Le sol est rocheux, impropre à toute culture et il n’y a pas de gibier.
  8. Pas d’équipements scolaires.
  9. Il y a toujours eu surpopulation dans cette île.
  10. La population a toujours été considérée comme prisonnière et tenue dans une totale dépendance des autres. »

Le groupe d’occupation annonce son intention de faire de l’île un centre d’études indiennes pour l’écologie : « Nous nous consacrerons à dépolluer les eaux et l’atmosphère de la baie de San Francisco… et à restaurer la faune aquatique. » Le gouvernement fait finalement couper l’eau, l’électricité et le téléphone sur l’île. Certains sont contraints de partir mais un an plus tard ceux qui restent déclarent :

« Nous continuons de tenir l’île d’Alcatraz au nom de la liberté, de la justice et de l’égalité parce que vous, frères et sœurs de cette terre, nous avez soutenus dans notre juste cause. Nous tendons nos mains et notre cœur et adressons à chacun d’entre vous des messages par l’esprit. Nous tenons le Rocher. Nous savons que la violence engendre plus de violence encore. C’est pour cela que notre occupation d’Alcatraz est pacifiste et que nous espérons que le gouvernement américain se conduira pacifiquement avec nous…
Nous sommes un peuple fier !
Nous sommes les Indiens !
Nous avons observé puis rejeté la plupart de ce que peut offrir la soi-disant civilisation.
Nous sommes les Indiens !
Nous préserverons notre mode de vie et nos traditions en les communiquant à nos propres enfants.
Nous sommes les Indiens !
Nous joindrons nos mains en une union inconnue jusqu’alors.
Nous sommes les Indiens !
Notre mère la Terre attend que nous parlions. Nous sommes les Indiens de toutes les tribus !
Nous tenons le Rocher ! »

 

 

Des querelles intestines apparaissent. Un incendie détruit une partie des locaux. Finalement, la police expulse les occupants sans incident majeur dans l’été 1971.

aim-native-american-indian-movement-peace-sign

 

 

 

 

 

 

 

AMERICAN INDIAN MOVEMENT (AIM)

AIMflag

AMERICAN INDIAN MOVEMENT SITE OFFICIEL ICI

AIM est venu sur la scène internationale  avec l’occupation non-violente de l’île d’Alcatraz de 1969 à 1971 et avec le siège à Washington, DC.  En janvier 1972, c’est la manifestation contre le meurtre, non puni, de Raymond Yellow Thunder, un Oglala tué par quatre jeunes Blancs. A l’automne 1972, c’est l’occupation du Bureau des Affaires Indiennes à Washington et en février 1973, les violentes émeutes de Custer au Dakota du Sud, après le meurtre, non puni, d’un jeune Oglala poignardé par un Blanc. Le mouvement occupa ensuite le quartier général du BIA (Bureau of Indian Affairs) à Washington D.C.,

wounded_knee06

au même moment l’A.I.M. et ses partisans occupent le village de Wounded Knee sur la réserve de Pine Ridge en février à mai 1973, là même où s’est déroulé en 1890 le massacre de trois cents Lakotas.  Ce sera « Wounded Knee II ». Le 26 juin 1975, deux agents du F.B.I. sont abattus. C’est ainsi que commence l’affaire Leonard Peltier.

En novembre 1972 le but est d’apporté une caravane de représentants de Nation Indienes à Washington, DC. Â l’endroit où les relations avec les Indiens sont survenues depuis 1849 : au Département Américain d’Intérieur. Le but est de déposer les revendications suivantes directement sur le bureau le président des États-Unis :

AIM mets les revendications directement devant le président des États-Unis:

  1. Restauration des traités (terminé par le Congrès en 1871).
  2. Création d’une Commission des traités de se faire de nouveaux traités (avec les souverains des nations).
  3. Dirigeants indiens à l’adresse Congrès.
  4. ReExamen des engagements conventionnels et des violations.
  5. Non ratifiées traités d’aller devant le Sénat.
  6. Tous les Indiens d’être régies par les relations conventionnelles.
  7. De secours pour les Nations pour les violations des droits de traité.
  8. La reconnaissance du droit des Indiens de l’interprétation des traités.
  9. Comité mixte du Congrès à se former sur la reconstruction des relations indiennes.
  10. Restauration de 110 millions d’acres de terre enlevée par les nations autochtones aux États-Unis.
  11. Restauration de fin de droits.
  12. Abrogation de la juridiction de l’Etat sur les nations autochtones.
  13. Fédérale de protection pour des délits contre les Indiens.
  14. Suppression du Bureau des Affaires indiennes.
  15. Création d’un nouveau bureau de relations avec les Indiens fédérale.
  16. Nouveau bureau pour remédier à la ventilation prescrite par la Constitution dans les relations entre les États-Unis et des Nations.
  17. Nations autochtones d’être à l’abri de la réglementation du commerce, les taxes, les restrictions au commerce des États.
  18. Indien de la liberté religieuse et de l’intégrité culturelle protégée.
  19. Établissement national des Indiens avec des options de vote, libre Indian national des organisations de contrôle gouvernemental
  20. Récupérer et d’affirmer la santé, le logement, l’emploi, le développement économique et l’éducation pour tous les Indiens.

En 1974, sur la réserve de Standing Rock, l’A.I.M. fonde l’ « International  Indian Treaty Council » (IITC) qui acquiert quelques années plus tard un statut d’organisation non gouvernementale auprès de l’ONU.

AIM a été actif dans la lutte contre l’utilisation de ces caricatures comme mascottes pour les sports d’équipes tels que les Indians de Cleveland, les Braves d’Atlanta, le Blackhawks de Chicago et les Washington Redskins. AIM a organisé des manifestations au World Series et du Super Bowl de jeux de ces équipes. Protester contre ces jeux avec des signes de slogans disant «les Indiens sont des gens pas de mascottes, » ou « Etre Indien n’est pas un personnage, vous pouvez jouer.  Bien que ces demandes ont été ignorées pendant des années, l’AIM est enfin l’attention de débattre des mascottes des universités, telles que l’Université d’Etat de Floride, Université de l’Utah, et la Central Michigan University ont récemment approché les tribus qu’ils représentent et ont demandé l’autorisation de représenter leur mascotte d’une manière qui honore les Américains, plutôt que de leur dégradation. Jusqu’à présent, ces écoles ont eu une réponse positive, et ont été en mesure de conserver leurs anciennes mascottes tout en satisfaisant les demandes des Américains de l’AIM et de bien représenter les Indiens mascottes sous un jour positif.

aim_logo_new_a

Le plus actif des mouvements d’opposition indiens aux Etats-Unis. AIM a été co-fondé en 1968 par Dennis Banks, George Mitchell, Herb Powless, Clyde Bellecourt, Eddie Benton-Banai, et bien d’autres dans la communauté des États-Unis, près de 200 au total. Russell Means en est aussi membre, et le chanteur John Trudell en fut le dirigeant de 1973 à 1981.Le parti a participé à la Rainbow Coalition (Fred Hampton).

Le respect des traités conclus au siècle dernier entre les nations indiennes et les Etats-Unis est l’une de ses principales revendications. L’A.I.M. soutient le traditionalisme indien contre l’assimilation à la culture blanche. Il aide au renouveau et à la diffusion des cultures indiennes, des langues, des cérémonies traditionnelles, en particulier de la Danse du Soleil. Les plupart des militants de l’AIM sont danseurs du soleil. L’A.I.M. s’efforce de combattre l’usage d’alcool et de drogue qui détruit la société indienne.

Depuis le début des années 1980, l’opinion américaine semble moins favorable aux revendications indiennes. L’A.I.M. abandonne les manifestations spectaculaires au profit des actions de terrain menées par de petits groupes autonomes.

En 1993, AIM scindé en deux factions, chacune faisant valoir qu’elle était l’authentique héritier de la tradition AIM, et que l’autre avait trahi les principes originaux du mouvement.  Un groupe, basé à Minneapolis, au Minnesota, et associés à la Bellecourts, est connu sous le nom de l’AIM-Grand Conseil d’administration, tandis que l’autre segment de la circulation, a conduit, entre autres, par Russell Means, a été nommé AIM-Confédération internationale des chapitres autonomes .

La scission a été officialisée lors de ce dernier groupe a publié son «Edgewood Déclaration » en 1993, invoquant des griefs et d’organisation autoritaire par le Bellecourts.  Toutefois, les différences idéologiques semblent avoir mijoté pendant une longue période, avec le Grand Conseil d’administration (GGC) de présenter une formation spirituelle, mais plus grand, de l’approche de l’activisme. Le GGC tend vers une plus centralisée, contrôlée philosophie politique.  Les chapitres autonomes soutiennent que AIM a toujours été organisé en une série de décentralisation, de chapitres autonomes, avec un leadership local qui est responsable de collectivités locales. Les chapitres autonomes rejettent les affirmations de la centrale de contrôle par le groupe de Minneapolis comme contraire à la fois à des traditions politiques, et à la philosophie de l’AIM.

En Décembre 2008, une délégation de Lakota Sioux, dont Russell Means, livrés aux États-Unis Département d’Etat une déclaration de sécession des États-Unis au Département d’État américain. Citant de nombreux traités brisés par le gouvernement américain dans le passé, et la perte de grandes quantités de territoire initialement attribués à ces traités, le groupe a annoncé son intention de former une nation distincte au sein de l’US connu sous le nom de République de Lakotah.

VOIR ICI