aim-native-american-indian-movement-peace-sign

Des milliers d’Indiens d’Amérique ont occupé la demeure abandonnée d’Alcatraz, petite île de la baie de San Francisco. Le pénitencier fédéral qui abrite la plus célèbre d’Amérique criminels jusqu’à la fermeture en 1963.

09-07-21 10 18 38

L’île d’Alcatraz est une île située au milieu de la baie de San Francisco, en Californie aux États-Unis. Elle fut nommé ainsi par les Espagnols car elle servait de refuge à de nombreux pélicans (alcatraz en espagnol) .Cette île hébergea pendant quelques décennies une forteresse militaire (1850-1909), puis une prison militaire (1909-1933) et une prison fédérale de haute sécurité (1934-1963). Aujourd’hui, le complexe d’Alcatraz a été reconverti en un site historique, géré par le service des parcs nationaux des États-Unis.

Le phare d’Alcatraz est le plus vieux phare en activité de la côte Ouest des États-Unis. Il a d’ailleurs été le premier phare construit sur la côte Pacifique et fonctionne depuis 1854. Il n’a cessé d’éclairer qu’une seule fois, en 1970, lors de l’incendie qui détruisit la maison du gardien et coupa l’alimentation électrique.

800px-Alcatraz_island

Les occupants ( l’AIM) de l’île qui s’est tenue pendant près de dix-huit mois, du 20 novembre 1969, jusqu’au 11 Juin 1971. Pour justifier cette occupation, les Indiens s’étaient appuyés sur une loi disant qu’un territoire fédéral abandonné pouvait revenir aux Indiens. Plus de 5600 Indiens de l’Amérique ont adhéré à l’occupation, certains pour tous les dix-huit mois et d’autres pour une partie seulement d’une journée. Indiens d’Amérique, comme beaucoup de gens de couleur à cette époque, ont été nourris avec le statu quo.  Le revenu annuel du ménage d’un Indien de l’Amérique famille était de $ 1.500-un quart de la moyenne nationale. Leur espérance de vie était de 44 alors que d’autres Américains pourraient espérer atteindre 65 ans. Alcatraz devient un lieu de réunion, de discussion entre Indiens de diverses tribus. Dans les locaux à l’abandon, ils s’installent en famille, alternant les réunions politiques et des pow wows .

DEROULEMENT DE L’OCCUPATION

Le 9 novembre 1969, un événement spectaculaire attire l’attention sur les Indiens et Alcatraz. Avant l’aube, 78 Amérindiens débarquent sur l’île (en 1964 déjà, une poignée d’étudiants avaient fait de même pour proclamer une université indienne mais ils avaient été rapidement expulsés et cette tentative était passée inaperçue). Le groupe est mené par Richard Oakes, un Indien Mohawk, directeur du département des études indiennes au collège d’État de Chicago et Grace Thorpe, Indienne Sac et fox fille de Jim Thorpe, footballeur et athlète olympique indien.

Ce groupe est rejoint par d’autres Indiens et en moins d’un mois, ils sont environ six cents qui représentent cinquante tribus différentes. Ils se désignent « Indiens de toutes les tribus » et rédigent une déclaration intitulée Nous tenons le Rocher dans laquelle ils proposent d’acheter Alcatraz avec des perles de verre et des chiffons de toile, comme les Blancs l’avaient fait pour Manhattan trois cents ans auparavant. Ils exigent, en outre, la création d’un centre culturel et universitaire à Alcatraz, où ils pourraient recevoir dans leur langue une éducation conforme à leur culture, à leurs pratiques cérémonielles, à leurs croyances et où ils apprendraient à vivre en accord avec leur propre philosophie de la nature. Au cours de cette période, ceux-ci avaient attiré l’attention de millions d’Américains et d’étrangers sur leurs difficultés.

Ils ajoutent :

« Nous pensons que cette île que vous appelez Alcatraz est idéale pour recevoir une réserve indienne telle que les Blancs la conçoivent. En fait nous pensons que cet endroit présente déjà toutes les caractéristiques des réserves indiennes :

  1. Elle est éloignée de tous les services et n’est desservie par aucun moyen de transport adéquat.
  2. Il n’y a pas d’eau courante.
  3. Les services sanitaires sont défectueux.
  4. Pas de pétrole ou de minerai.
  5. Pas d’industrie et donc un chômage très élevé.
  6. Aucun service de santé.
  7. Le sol est rocheux, impropre à toute culture et il n’y a pas de gibier.
  8. Pas d’équipements scolaires.
  9. Il y a toujours eu surpopulation dans cette île.
  10. La population a toujours été considérée comme prisonnière et tenue dans une totale dépendance des autres. »

Le groupe d’occupation annonce son intention de faire de l’île un centre d’études indiennes pour l’écologie : « Nous nous consacrerons à dépolluer les eaux et l’atmosphère de la baie de San Francisco… et à restaurer la faune aquatique. » Le gouvernement fait finalement couper l’eau, l’électricité et le téléphone sur l’île. Certains sont contraints de partir mais un an plus tard ceux qui restent déclarent :

« Nous continuons de tenir l’île d’Alcatraz au nom de la liberté, de la justice et de l’égalité parce que vous, frères et sœurs de cette terre, nous avez soutenus dans notre juste cause. Nous tendons nos mains et notre cœur et adressons à chacun d’entre vous des messages par l’esprit. Nous tenons le Rocher. Nous savons que la violence engendre plus de violence encore. C’est pour cela que notre occupation d’Alcatraz est pacifiste et que nous espérons que le gouvernement américain se conduira pacifiquement avec nous…
Nous sommes un peuple fier !
Nous sommes les Indiens !
Nous avons observé puis rejeté la plupart de ce que peut offrir la soi-disant civilisation.
Nous sommes les Indiens !
Nous préserverons notre mode de vie et nos traditions en les communiquant à nos propres enfants.
Nous sommes les Indiens !
Nous joindrons nos mains en une union inconnue jusqu’alors.
Nous sommes les Indiens !
Notre mère la Terre attend que nous parlions. Nous sommes les Indiens de toutes les tribus !
Nous tenons le Rocher ! »

 

 

Des querelles intestines apparaissent. Un incendie détruit une partie des locaux. Finalement, la police expulse les occupants sans incident majeur dans l’été 1971.

aim-native-american-indian-movement-peace-sign