De A. Conrad

Nous vivons dans une société qui nous confine dans un contexte qui ne nous correspond peut-être pas. Nous sommes obligés d’être, ou de paraître une image faussée qui n’est pas forcément individuelle, mais plutôt stéréotypée. De l’enfance à l’age adulte, sommes-nous vraiment nous-même?

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De Archie Fire Lame Deer

Le Cercle sacré est le récit passionnant de la vie d’Archie Fire Lame Deer, fils de Tahca Ushte, l’auteur du célèbre De mémoire indienne. Après une enfance sioux passée sur la réserve de Rosebud, dans le Dakota du Sud, Archie fut tour à tour militaire en Corée, figurant et cascadeur à Hollywood, cow-boy et chasseur de serpents à sonnette. Mais cette existence, parfois difficile, qui l’amena à réexaminer les valeurs et la philosophie de son peuple, s’est transformée en une quête initiatique dominée par l’extraordinaire figure de son père. Engagé sur la voie de la tradition et de la spiritualité, Archie est devenu homme-médecine.
Ce livre dévoile de sens des cérémonies sacrées du peuple sioux et décrit avec précision la cosmologie des Lakotas. Il nous fait également partager les interrogations et la spiritualité de cet homme d’exception, imprégné de sa religion et de sa tradition, mais dont la réflexion s’ouvre à l’humanité tout entière. Le cercle sacré prend alors les dimensions de notre planète.

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De Bernard Dubant

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De Léonard Peltier

Léonard Peltier avait 31 ans lorsqu’il a été condamné à perpétuité et incarcéré. C’était en 1975. A l’époque, le gouvernement américain avait entrepris de déstabiliser les mouvements de revendication des Indiens. Arrestations sommaires, terreur au sein des réserves, emprisonnements arbitraires, procès bidons.
En juin 1975, deux agents du FBI trouvent la mort dans une réserve Sioux. Léonard Peltier, militant de l’American Indian movement contre lequel un mandat d’arrêt est lancé depuis le début des années 70, est arrêté. Vingt-cinq ans plus tard, l’homme est toujours sous les verrous, père et grand-père d’une descendance qu’il n’a jamais vu grandir. Vingt-cinq ans plus tard, il continue de clamer son innocence. « Quelqu’un devait payer pour la mort de ces deux agents, même si les fédéraux ignoraient qui les avait tués – ainsi que les procureurs eux-mêmes le reconnurent plus tard. » Soutenu depuis des années par des personnalités du monde entier qui demandent la révision de son procès, Léonard Peltier attend toujours que justice soit faite. Ecrits de prison est le récit poignant de ses années de souffrance. Une souffrance individuelle, pathétique et une souffrance collective, celle du peuple indien.
Un livre pour ne pas oublier un innocent en train de s’éteindre au fond des geôles américaines. Un livre comme un cri sortant des entrailles de la terre. Un livre pour continuer de lutter, puisque comme le souligne l’éditeur à la fin de ce témoignage : « Si lorsque vous lirez ces mots, le prisonnier USP 89637-132 est toujours prisonnier de l’injustice, alors il sera grand temps pour vous aussi de faire entendre vos voix et d’agir. Chacun de nous est concerné. » Aujourd’hui, c’est encore le cas.–Flore de Lesquen

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De Slim Batteux

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

(Traduction) De Jim Fergus- traduction: Jean-Luc Piningre

En 1874, à Washington, le président américain Grant accepte dans le plus grand secret la proposition incroyable du chef indien Little Wolf: troquer mille femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l’intégration du périple indien. Si quelques femmes se portent volontaires, la plupart des « Mille femmes » viennent en réalité des pénitenciers et des asiles de tous les États-Unis d’Amérique… Parvenue dans les contrées reculées du Nebraska, l’une d’entre elles, May Dodd, apprend alors sa nouvelle vie de squaw et les rites inconnus des Indiens. Mariée à un puissant guerrier, elle découvre les combats violents entre tribus et les ravages provoqués par l’alcool. Aux côtés de femmes de toutes origines, May Dodd assiste alors à la lente agonie de soi, peuple d’adoption…

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De Angie Debo

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De Mary Crow Dog

Mary Crow Dog est indienne, de la nation Sioux lakota. Le décor de son enfance, c’est une réserve du Dakota du Sud, dévastée par le chômage, le désespoir et l’alcoolisme. Et puis la violence, le racisme ordinaire qui vont en faire une rebelle.
Au début des années 1970, adolescente, elle lutte dans les rangs de l’« American Indian Movement », prend part aux durs affrontements de Wounded Knee en 1973. C’est là que naît son enfant et qu’elle devient l’épouse de Leonard Crow Dog, chef spirituel du mouvement et medecine man traditionnel. Peu à peu, comme des milliers d’Indiens, Mary va redécouvrir son histoire, sa culture et son âme qui ont été jusque-là volées, niées, écrasées…

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De Luther Ours Debout-Traduction R. Gauillard

Né en 1868, chef des Sioux Oglala, Luther Ours Debout fut l’un des premiers Indiens à témoigner d’une existence qui l’amena du tipi paternel au monde étrange et inquiétant des Blancs. Son récit nous conduit de son enfance et de son apprentissage de la vie indienne jusqu’au jour où, après avoir participé à la tournée européenne de Buffalo Bill, il devient chef de sa tribu. Document d’une indéniable valeur historique et ethnographique, ce livre est aussi un plaidoyer en faveur d’un peuple injustement méprisé et massacré, en même temps qu’une vision lucide et sans complaisance de la société des hommes blancs.

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

de Ian Frazier

Le War Lance est un Sioux oglala qui habite la réserve de Pine Ridge, dans le Dakota du Sud. A 58 ans l’an dernier, il était encore de ce monde. Visiteur français qui traversez Pine Ridge, vous pouvez éprouver l’envie, obligeant que vous êtes, de vous arrêter à dessein d’embarquer cet Indien qui fait signe, là, sur le bord de la route – comme souvent les Indiens dans les réserves. Un conseil : passez votre chemin. Vous risqueriez de tomber sur Le War Lance, qui n’est pas un cadeau. Supposons encore que, toujours dans Pine Ridge, vous ayez un ennui – une panne d’essence, par exemple ou un pneu crevé, incident fréquent dans la réserve – là aussi je ne vous conseille pas d’inviter cette voiture, qui surgit, à s’arrêter pour vous prendre et gagner un proche garage. Vous risqueriez, avec un conducteur indien, peut-être Le War Lance, qui compte onze accidents, de ne jamais arriver – sauf à l’hôpital, ou à la morgue. (Extrait de la préface).

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De Wallace Black Elk et William S Lyon

Wallace Black Elk est un homme-médecine et un leader spirituel des Sioux Lakota. Né en 1921 sur la réserve de Rosebud, Dakota du Sud, il a parcouru les Etats-Unis, voyagé en Europe et en Asie, pour transmettre l’enseignement traditionnel de son peuple et conduire des cérémonies de guérison. Ce livre restitue tout l’humour; le charme et la philosophie de Wallace.

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De Géronimo- S.M Barret compilateur

En 1904, un « inspecteur général de l’éducation » de Lawton (Oklahoma) rencontre un vieil Indien, prisonnier de guerre et déporté, loin de son Arizona natal, à Fort Sill où il terminait ses jours en cultivant des pastèques : il s’agissait du célèbre chef apache Géronimo qui avait tenu en respect victorieusement, des années durant, les meilleures troupes et les plus glorieux généraux des États-Unis. Des liens se nouèrent entre eux, sinon d’amitié (vu la méfiance légitime de l’Apache), du moins de respect mutuel. C’est ainsi que Géronimo accepta de raconter sa vie à S.M. Barrett, ce qui nous permet de lire aujourd’hui ce témoignage sur le génocide qui marqua la « conquête de l’Ouest » . Déjà vendu à plus de 50 000 exemplaires, ce témoignage du célèbre chef apache constitue un document irremplaçable sur le génocide des Indiens d’Amérique.

« De tous les grands chefs de la résistance indienne à la conquête européenne, l’Apache Chiricahua Go Khla Yeh, surnommé par ses adversaires mexicains Géronimo, est sans doute le plus célèbre et il faut saluer la parution en français dans une bonne traduction et une édition particulièrement soignée de ses mémoires. » – Le Nouvel Observateur

« Un livre magnifique dans lequel nous apprenons « quelques méfaits » de la race blanche ou comment elle s’y est prise pour exterminer un peuple qui vivait dans la paix, l’harmonie et l’entente. Lisez ce livre avec attention. Jamais de paroles amères ni hostiles à l’égard des Blancs, un amour constant, une vision du monde totale et cosmique, pacifique, sereine et belle. » – Le Figaro

« Il est utile de connaître ce témoignage venant du camp des vaincus. Les Mémoires de Géronimo sont l’un des rares textes que l’on puisse opposer à tout le folklore de la conquête de l’Ouest. C’est toute l’épopée des derniers Apaches qui revit dans ces pages écrites avec un dépouillement qui en rend les détails plus poignants » – Les Nouvelles littéraires

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De Joseph Marshall III- Traducteur Renaud Morin

Avec Sitting Bull et Geronimo, Crazy Horse est l’une des figures les plus charismatiques de la résistance indienne aux États-Unis. Sa personnalité, son étonnante victoire sur le général Custer à Little Big Horn, sa mort tragique et prématurée en 1877 ont fait de lui un véritable héros qui, aujourd’hui encore, fait figure de symbole pour les Indiens d’Amérique.
 » Les coutumes qu’il a pratiquées, les traditions qu’il a suivies, les valeurs qu’il a incarnées sont encore viables aujourd’hui parce qu’il a fait son possible pour les conserver. Il les a défendues en vivant en accord avec elles et en se battant pour elles. Pour toutes ces raisons, Crazy Horse sera toujours mon héros « , dit l’écrivain et historien lakota Joseph Marshall. Jamais encore l’un des siens n’avait entrepris de raconter le destin exceptionnel du chef sioux. Dans ce livre émouvant, fruit d’années de rencontres et de recherches, l’auteur du Cercle de la vie brosse un portrait  » intime  » de Crazy Horse et nous invite à découvrir de l’intérieur la passionnante culture des Indiens des Plaines.

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De R. Thevenin et P. Coze

Tous les peuples malheureux n’ont pas eu leur histoire. Pour mériter une place dans la chronique de l’univers, pour obtenir qu’elle garde le souvenir des événements qui ont pesé sur la vie d’une nation et les transmettre à la postérité, il ne suffit pas que cette nation ait été héroïque ou opprimée, pitoyable ou terrible. Il faut, si elle n’est pas capable de chanter elle-même son triomphe ou de pleurer sa souffrance, que ses ennemis aient intérêt à le faire, pour exalter par contraste les leurs. C’est ce que montrent ici René Thévenin et Paul Coze. A l’heure où, malgré d’héroïques soubresauts, les descendants des tribus indiennes sont peu à peu menacés de disparition, à l’heure où le roman et le cinéma remettent à l’honneur – mais en la déformant – leur épopée, il est temps de redécouvrir la vie quotidienne et l’histoire authentique des Indiens des Plaines.

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De Philippe Jacquin

Au commencement il y avait les Indiens. Seuls. Un jour, d’Europe, vinrent les trappeurs. Puis les colons, les missionnaires les soldats. Dès le XVIIe siècle, ils veulent pour eux la terre d’Amérique. Algonquins, Hurons, Iroquois. Puis Cheyennes, Comanches, Apaches, Sioux : les grandes tribus se lancent dans une guérilla sanglante. Hier, la guerre des Plaines. Aujourd’hui la paix blanche ?

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De Robert M. Utley

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De Philippe Sauve

 » Mon cher Slava, autant que je commence par te présenter aux chanceux lecteurs de Horizon Dakota, le nouveau livre de ton maître et coéquipier Philippe Sauve. Qu’ils sachent que tu es un ourson en peluche, que tu as déjà, en sa compagnie, affronté la Sibérie du sud au nord, ce n’est pas rien. L’aventurier en canoë que je fus aussi dans ma jeunesse sait combien il est exténuant, à la limite du désespoir, de manœuvrer seul une embarcation capricieuse et vulnérable à travers les rapides sauvages, la crête des vagues, le vent qui hurle… Dis-lui à l’occasion que je le salue chapeau bas. Dans sa préface à Siberia, un autre fameux livre de ton maître, Sylvain Tesson affirmait déjà n’avoir jamais lu auparavant « une aussi passionnante étude des relations entre le voyage et la peur… ». Trois ans plus tard, il n’a pas changé, Philippe Sauve ! Il boxe jour et nuit avec sa peur, un match sans fin dont au fil des pages il rend compte avec une étrange fureur calme. Ton maître est un écrivain, et même un bel écrivain…  » Jean Raspail. Philippe Sauve nous raconte, avec le talent et la passion qui le caractérisent, sa dernière aventure: 2000 kilomètres en solitaire et en canoë à la rencontre des Sioux.

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De John Fire Lame Dear et Richard Erdoes Traduction Jean-Jacques Roudière

John Fire Lame Deer (Tahca Uhste) est un Indien lakota né au début du XXe siècle sur la réserve de Rosebud dans le Sud-Dakota. Tour à tour clown de rodéo, soldat, prisonnier puis policier, peintre en lettres, ouvrier agricole, berger, chanteur, il est avant tout un. wicasa wakan, un homme-médecine sioux, un quêteur de vision, gardien de la spiritualité et des traditions de son peuple. Tahca Uhste est un homme d’une particulière et grande sagesse : pour lui, un wicasa wakan ne saurait être un saint, mais dieu et diable à la fois. Entendre parler d’un Dieu qui serait un être de perfection l’ennuie souverainement. Pour un homme-médecine  » parfois, le mauvais esprit donne une plus grande connaissance que le bon… « 

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De Annie Pazzogna

La société moderne du XXIe siècle, victime de la surconsommation industrielle, ne tient plus compte des rythmes naturels qui conditionnent une vie équilibrée. Il n’est donc pas étonnant de voir, depuis les années 1980, quelques hommes médecine amérindiens, souvent guidés par une Vision, parcourir le monde en perdition, afin de partager leur savoir. Ils n’ont jamais perdu la connaissance culturelle et cultuelle de leurs ancêtres. Un siècle et demi d’oppression n’a pas eu raison de cette transmission. Cet ouvrage rend compte de leur enseignement et des rites qu’ils pratiquent. C’est autour de la sudation ou Inipi que s’élaborent les rites de purification des Sioux. Il existe plusieurs types de Huttes à sudation. Celle à douze perches de saules est souvent utilisée par les familles car plus simple à édifier. La Hutte à seize perches est plus réservée aux hommes-médecines et à leurs soins; raison pour laquelle elle est la plus courante en Europe. Annie nous propose d’en découvrir la construction, la symbolique et quelques chants qui accompagnent ce moment sacré.

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De Philippe Sauve

 » Ce sommeil est produit par l’annihilation du pouvoir propre de l’individu, c’est à dire la destruction des capacités que nous avons tous à faire des choix de vie, d’après ce que l’on sait du libre-arbitre. Ce libre-arbitre est refoulé au profit d’une direction imposée. « 

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De Charles-Rafaël Payeur

La roue de médecine est un schéma autour duquel s’organise l’univers tout entier, comme la vie de chacun d’entre nous. Les Amérindiens y positionnent les quatre points cardinaux qui représentent beaucoup plus que de simples directions données par la boussole. Ils incarnent les quatre voies que nous sommes invités à expérimenter dans notre vie, les quatre étapes de tout développement psychospirituel. Dans cette perspective, Charles-Rafaël Payeur nous présente, tout au cours de cet ouvrage, l’ensemble des enjeux fondamentaux qui s’y rapportent, nous proposant des exercices chamaniques qui correspondent à chacun des points cardinaux, des exercices qu’il n’hésite pas à transposer dans un contexte plus occidental et urbain, afin de les rendre plus réalisables par tous. Vous apprendrez ainsi à construire un capteur de rêves, une flèche de prière, un bâton de parole et un attrapeur de vent. Vous découvrirez avec émotion des cérémonies auxquelles l’auteur a participé et qu’il vous invite à vivre, sous une forme adaptée, afin de vous éveiller aux plus grandes expériences psychologiques et spirituelles.

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De CorineSombrun et Harlyn geronimo

Combattant légendaire, Geronimo (1829-1909) fut l’un des derniers chefs indiens à déposer les armes après avoir tenu en échec près de la moitié de l’armée des Etats-Unis. Malgré les promesses qui lui ont été faites, il ne reverra jamais sa terre natale : les restes du vieux guerrier chiricahua seront ensevelis dans le cimetière militaire de Fort Sill, en Oklahoma. Aujourd’hui, Harlyn Geronimo, son arrière-petit-fils, engagé dans la défense des droits de son peuple, continue de se battre pour honorer la mémoire de son aïeul et pour que soit réalisé son ultime souhait. Né de la rencontre entre une Française, Corine Sombrun, et Harlyn Geronimo, ce livre présente le portrait croisé du héros indien et de son descendant. Au fil d’un voyage vers la Gila River, mêlant le récit intime et l’histoire d’un peuple, les auteurs évoquent la  » mémoire apache  » mais aussi les défis auxquels cette communauté doit faire face de nos jours.

*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*¤*

De Philippe Sauve

Pour se libérer d’un début de dépendance à l’héroïne, Philippe Sauve effectue un voyage aux Etats-Unis, de la Nouvelle Orléans à la rivière Missouri, un voyage sans idées précises de destination : « Eprouver l’errance ! Ne pas décider du lendemain – confier au hasard la charge d’en être l’inspirateur – et ne souhaiter que la douleur d’une Renaissance. »