800px-Lakota_Freedom_Delegation_conference_1

Délégation de la république Lakota, Russell Means à la tribune

 

Le 20 décembre 2007, un groupe portant le nom de Freedom Lakota et dirigé par Russell Means a proclamé à Washington l’indépendance des Lakota par rapport aux États-Unis. Dans une note remise au Département d’État des États-Unis ils ont dénoncé l’ensemble des trente-trois traités signés au cours du temps avec les États-Unis, parce que les colons jusqu’à maintenant ne les ont jamais respectés. Un certain nombre de traités ont plus de 150 ans. Russell Means a demandé aux ambassades de Bolivie, du Vénézuela, du Chili et d’Afrique du Sud une reconnaissance diplomatique internationale de la République de Lakota. Cette République engloberait une partie du Nebraska, du Dakota du Sud, du Dakota du Nord, du Montana et du Wyoming (200 000 km² pour 100 000 hab (chiffre 2005)). Le nom de la capitale n’est pas encore connu ; d’après l’adresse donnée le siège des séparatistes se trouve à Porcupine, une localité de la Réserve de Pine Ridge dans le Dakota du Sud.

 

 

Déclaration de la souveraineté de la République Lakota par Russel Means

 

Quelques chiffres suffisent à résumer la situation de ceux qu’on appelle les Sioux aujourd’hui :
– espérance de vie des hommes : 44 ans
– mortalité infantile : 5 fois plus que la moyenne E-U.
– suicides d’adolescents : 1,5 fois plus que la moyenne E-U.
Et ajoutons ce chiffre terrible : trois plus de femmes indiennes que de femmes blanches se font violer (surtout par des hommes blancs) .
Comme l’a écrit le Lakota Dennis Banks :
Ils nous appellent les nouveaux Indiens
Mais bon sang, nous sommes les vieux Indiens
Les propriétaires de ce continent
Et nous sommes venus encaisser le loyer.

Les revendications:

La légalité de la dénonciation des traités repose selon les Lakotas sur l’article six de la Constitution des États-Unis et sur la Convention de Vienne signée par les États-Unis. Toutefois, le droit pour Russell Means de pouvoir parler au nom des Lakotas est mis en doute, du fait que cet activiste des droits des Indiens ne détient aucun mandat politique. Lors de l’élection du président des Sioux Oglala il a été battu. Russell Means a annoncé que la République des Lakotas délivrerait ses propres passeports et ses propres permis de conduire. Du fait de la renonciation à la citoyenneté américaine, l’obligation de payer des impôts tomberait. Jusqu’à maintenant le ministère des Affaires étrangères américain n’a pas encore réagi à cette déclaration d’indépendance.

Avis Little Eagle, vice-présidente du Conseil tribal des Sioux de Standing Rock a dit au sujet de la délégation pour la liberté des Lakotas et sur sa déclaration: «Je comprends pourquoi ils le font, mais nous, en tant que représentants officiellement élus, nous nous appuyons tous les jours sur les traités pour notre travail, car il s’agit de documents valides. On discutera en conseil de cette déclaration. Beaucoup de gouvernements tribaux se sentiraient frustrés devant l’absence de prise en charge des soins de santé par le gouvernement fédéral américain, devant des poursuites pénales et devant le manque de respect des obligations découlant des traités. « Si cette affaire nous donne droit à un peu plus d’attention, ce sera peut-être un bien. » Avant la déclaration d’indépendance, elle affirme n’avoir pas été informée des intentions de la délégation.

Les Lakota peuvent aussi s’appuyer sur la déclaration des droits des peuples autochtones adoptée en septembre dernier par l’Assemblée genérale des Nations unies, malgré l’opposition …des USA (qui devront bientôt se rebaptiser DSA, Disunited States of America, NdT).

 

 

Statut politique:

L’ indépendance de la République Lakota est n’est pas reconnue par les États-Unis aujourd’hui.

 

Drapeau:

Aucun drapeau n’est officiellement attribué à la République Lakota mais le drapeau de du peuple Lakota est souvent brandit lors de manifestation.

 

576px-Pine_Ridge_Flag_svg

 

Lien officiel