Aux fins de perpétuer les liens d’amitié qui a existé jusqu’ici, ainsi que de supprimer toutes les causes de dissensions ou de discussion, car il respecte les échanges et l’amitié entre les États-Unis et de leurs citoyens, et de la bande Hunkpapas de la tribu d’Indiens Sioux, les Président des États-Unis d’Amérique, par le général de brigade Henry Atkinson, de l’armée des États-Unis, et le major Benjamin O’Fallon, agent des Indiens, avec les pleins pouvoirs et autorité, et commandé spécialement désigné à cet effet, d’une part, et les chefs soussignés, dirigeants, et les Warriors de ladite bande de Hunkpapas Indiens Sioux, au nom de leur groupe, d’autre part, ont fait et passé les articles suivants et conditions, qui, lorsqu’il sera ratifié par le Président de l’United États, par et avec l’avis et le consentement du Sénat, est obligatoire pour les deux parties, à savoir:

Article 1.

Il est admis par la bande de Hunkpapas Indiens Sioux qu’ils résident dans les limites territoriales des États-Unis, de reconnaître leur suprématie, et de réclamer leur protection. Le groupe a également dit reconnaître le droit des États-Unis pour réglementer tous les échanges et les relations avec eux.

Article 2.

Les États-Unis acceptent de recevoir la bande de Sioux Hunkpapas dans leur amitié, et sous leur protection, et d’étendre à eux, de temps en temps, ces prestations et des actes de bonté que mai être commode, et semble juste et bon pour le président des États-Unis.

Article 3.

Tous les échanges et les relations avec les Hunkpapas bande est traitée à l’endroit ou des endroits désignés comme mai et a souligné le président des États-Unis, par l’intermédiaire de ses agents et les citoyens américains, mais aucun, à ce dûment autorisés par les États-Unis, est admis au commerce sexuel ou de tenir à cette bande d’Indiens.

Article 4.

Que la bande mai Hunkpapas être logés avec les articles de marchandise., Mai necessaties leur demande, les États-Unis conviennent d’admettre et de licence aux opérateurs de maintenir des relations avec ladite bande de doux et équitable des règlements: en contrepartie de quoi, le groupe Hunkpapas s’engagent à étendre la protection aux personnes et la propriété des opérateurs, et les personnes légalement employés dans le cadre de leur, alors qu’ils restent dans les limites de leur district du pays. Et le dit Hunkpapas bande conviennent en outre que, si un étranger, ou autre personne qui n’est pas légalement autorisée par les États-Unis, est arrivé dans leur quartier de pays, à des fins de commerce ou d’autres points de vue, ils appréhender cette personne ou ces personnes, et livrer lui-même ou à certains des États-Unis ou de l’agent de surintendant des Affaires indiennes, ou le commandant du poste militaire le plus proche, pour être traitée selon la loi. Et ils conviennent en outre de donner la conduite sécuritaire à toutes les personnes qui mai être légalement autorisée par les États-Unis à passer par leur pays, et de protéger dans leurs personnes et des biens de tous les agents ou d’autres personnes envoyées par les États-Unis à la résidence temporaire d’entre eux.

Article 5.

C’est l’amitié qui est désormais établi entre les États-Unis et l’Hunkpapas bande ne doit pas être interrompu par la faute des individus, il est convenu que, pour des dommages causés par des individus, pas de vengeance ou de représailles privées doivent avoir lieu, mais au lieu de celle-ci, les plaintes doivent être faites, par la partie lésée, pour le directeur ou l’agent des Affaires indiennes, ou une autre personne nommée par le Président: il est du devoir de ces chefs, sur plainte fait comme ci-dessus, à livrer la personne ou les personnes contre qui la plainte a été déposée, à la fin que lui-même ou qu’ils soient punis mai agréablement aux lois des États-Unis. Et de la même manière, si tout le vol, la violence ou de meurtre, sont commis sur tout Indien ou des Indiens appartenant à ladite bande, la personne ou des personnes en infraction doivent être jugés, et s’ils sont reconnus coupables, seront punis de la même façon que si le dommage a été fait à un homme blanc. Et il est convenu que les chefs de bande Hunkpapas dit, à l’extrême de leur pouvoir, d’exercer eux-mêmes de récupérer des chevaux ou d’autres biens, qui mai être volés ou pris à partir de n’importe quel citoyen ou citoyens des États-Unis, par toute personne physique ou les individus de ce groupe, et les biens ainsi récupérés doivent être immédiatement remis à l’agent ou autre personne autorisée à le recevoir, qu’il mai être rétablie pour le bon propriétaire.  Et les États-Unis dit garantie à tout Indien ou des Indiens de cette bande, une indemnisation pour tout les chevaux ou autres biens qui sont volés de mai par l’un de leurs citoyens: à condition que les biens volés ne peuvent pas être récupérés, et que des preuves suffisantes est produite et il a été effectivement volé par un citoyen des États-Unis.  Et le groupe dit Hunkpapas engager, sur la réquisition ou de la demande du Président des États-Unis, ou des agents, à fournir tout l’homme blanc résidents entre eux.

Article 6.

Et les chefs et les guerriers, comme indiqué ci-dessus, la promesse et l’engagement que leur groupe ne pourra jamais, par la vente, l’échange, ou comme présente, fournir toute nation ou la tribu des Indiens, et non pas dans l’amitié avec les États-Unis, avec des armes, de munitions ou d’autres met en œuvre de la guerre.

Fait à Auricara le Village, ce seizième jour de Juillet, AD 1825, et de l’indépendance des Etats-Unis, le cinquantième.

En témoignage de quoi, dit la commissaire, Henry Atkinson, O’Fallon et Benjamin, et les chefs, la tête des hommes, et les guerriers de la tribu d’Indiens Hunkpapas, ont apposé leurs mains et apposé leur sceau.

  • H. Atkinson, brigadier-général, US Army, [LS]
  • Benj. O’Fallon, États-Unis agent des Affaires indiennes, [LS]
  • Mato-che-gal-lah, Little White Bear, sa x marque, [LS]
  • Cha-sa-wa-ne-che, celui qui n’a pas de nom, sa x marque, [LS]
  • Tah-hah-ah-nee, la peur que le jeu, sa x marque, [LS]
  • Taw-es-nee-o-tah, le Womb, sa x marque, [LS]
  • Mah-à-wee-tah, le White Bear’s face, sa x marque, [LS]
  • Pah-sa-sal, le Auricara, sa x marque, [LS]
  • Ha-hah-kus-ka, le White Elk, sa x marque, [LS]
En présence de —
  • AL Langham, secrétaire de la commission,
  • H. Leavenworth, colonel, l’armée américaine,
  • P. Wilson, agent des Indiens USS,
  • GH Kennerly, USS agent des Indiens,
  • GC Spencer, le capitaine, le premier d’infanterie,
  • John Gale, chirurgien, US Army,
  • RM Coleman, US Army,
  • John Gantt, capitaine d’infanterie sixième,
  • J. Rogers, lieutenant, sixième d’infanterie,
  • D. Ketchum, majeur, l’US Army,
  • Jas.  W. Kingsbury, lieutenant, premier régiment d’infanterie,
  • Thomas Noel, lieutenant, sixième d’infanterie,
  • RH Stuart, lieutenant, First Infantry.
  • Le Levi Nute, lieutenant, US Army,
  • Collin Campbell.
Advertisements