Image6

 

Inipi est la hutte de sudation ou sweat lodge  est  le rite le plus ancien des Natifs d’Amérique, commun à toutes les tribus (il s’agit en effet de l’une des traditions les plus répandues chez les Amérindiens, que l’on retrouve pratiquement partout en Amérique du Nord)

Ini: signifie “prendre un bain de vapeur”, “suer”.

Pi correspond au pluriel des verbes Lakota.

Littéralement Inipi signifie “ils suent”.

Ini se rattache étymologiquement au terme Ni: le “soffle” ou “vivre”

C’est une cérémonie de purification du mental du corps et de l’esprit. Elle leur permettait de se connecter avec les quatre éléments que sont la terre, l’eau, le feu et l’air. La vapeur (produite par l’eau versée sur des pierres chauffées à blanc) unissant chaque participant aux éléments du monde à l’intérieur du ventre que représente la loge.

On ne peut entrer dans une loge qu’en la présence d’un ancien.

Les anciens peuvent être soit des hommes, soit des femmes. Ce qui les démarque le plus des autres c’est cette grande sagesse qui vient avec l’âge et l’expérience. Mais il y a des exceptions. Les anciens ne sont pas nécessairement vieux. L’esprit du Grand Créateur choisit parfois d’imprégner un jeune Autochtone. Les dons spirituels des anciens varient. Certains peuvent interpréter les rêves, d’autres sont d’adroits herboristes ou des guérisseurs pendant la cérémonie de la sudation.

En effet, on emploie le terme chamane maintenant, mais il faut savoir que ce terme est d’origine sibérienne et pas amérindienne.

Pour les indiens, il s’agit de « medecine man » ou de « medecine woman » dont l’appellation est universelle dans chaque langue autochtone.

Et il en existe plusieurs sortes : les oracles, les herboristes et les guérisseurs, sachant que ces différents aspects peuvent appartenir à un seul individu qui peut être à la fois oracle, herboriste et guérisseur, ce qui est souvent le cas.

Ses origines se perdent dans la préhistoire. En langue lakota, inipi signifie "naître encore": dans l’inipi, enveloppé par la vapeur purificatrice du rite, l’individu renaît à une conscience nouvelle, à une lucidité nouvelle quant à son rôle et à son destin.

Utilisation de la hutte de sudation a été décrite par les premiers colons en Amérique. En 1665, David DeVries de New York a observé Indiens "très propre et plus attrayant que jamais" alors que la sueur de baignade. Roger Williams de Rhode Island a écrit en 1643: "Ils utilisent la transpiration pour les deux extrémités: d’abord à nettoyer la peau, d’autre part à purger leur organes, qui est sans doute un moyen de les préserver, en particulier de la maladie (probablement la grippe), qui par la sueur et des potions, ils ont parfaitement et rapidement guérir. "

Faite d’une structure de bambous ou autres branches avec une orientation de la port d’entrée vers l’Est. Cette sorte de tente en matières naturelles est recouverte de couvertures et d’une bâche en plastique afin de conserver la chaleur (autrefois des peaux de bêtes).

Les pierres sont tout d’abord chauffées sur un feu à l’extérieur de la hutte, puis introduites à l’intérieur. La loge est ensuite fermée et l’on répartit quelques feuilles de cèdre ainsi qu’une pincée d’herbe aromatique (sauge, Sweetgrass…)  sur les pierres chaudes, avant de verser l’eau destinée à produire la vapeur. La cérémonie s’achève lorsque la vapeur se dissipe, après quoi les participants au rite sortent du lieu sacré et retournent dehors. Avant toute nouvelle cérémonie, la couverture de la tente est généralement retirée et nettoyée.

sweatlodgedessinva3

Pour désigner l’armature en "bois" les Lakotas utilisent le terme "INITI". TI signifiant "habiter" ou "vivre dans un endroit"

Trois formes de base du bain de sueur sont des autochtones en Amérique du Nord: les roches chaudes méthode, utilisée par les Navajos et les Sioux, les tirs directs de chambre, chauffé par la flamboyante logs, et un plus sophistiqué s’appuyant sur un système de conduites de chauffage semble être de origine maya.

 

D’autre part, les femmes en période de lunes (ayant leurs règles) ont leur propre hutte. Elle se nomme moon lodge. On entre sous la hutte à la tombée du jour et accroupie, n’ayant bu que de l’eau ou de la tisane depuis le déjeuner. Nous partageons le repas après.

Sweat1Lg