pipe1sm_a  pipe2

 

 

L’objet sacré par excellence entre tous pour les sioux mais pour beaucoup de tribu des plaines, est bien sur la pipe sacrée, Chanunpa en lakota (Le calumet comme l’appelaient les blancs, ce nom fut donné par les trappeur français. Il dérive de chaume, chalumeau, latin calamum, "tube de roseau").

Cha signifie "un bois"  ou "arbre" et nunpa "deux". Instrument rituel utilisé couramment par certains  indiens d’Amérique du Nord. Elle consiste en un fourneau de pierre (qui represente la femme, elle est féminine) en forme de coude connecté à un  tuyau de bois( qui lui est masculin, et represent l’homme ainsi que l’arbre de la vie). Elle est employée principalement pour la consécration des actions et la communication avec les esprits. Elle est l’ojet le plus saint du monde pour leurs utilisateurs.Lorsque les deux sont connectés, ils génèrent la vie.

Sacrée parce qu’elle leur permets de communiquer avec les esprits et Wakan Tanka, le créateur, grâce à la fumée qui sent échappe vers le ciel.

Archie Fire Lame Deer, un Lakota devenu homme-médecine raconte très bien dans ses mémoires ( Le cercle sacrée-Mémoires d’ un homme médecine sioux ) la naissance et l’utilisation pour les sioux de la pipe sacrée: "La pipe sacrée nous fut apportée et offerte par Ptesan Win (femme bison blanc), c’est elle qui a apprit à notre peuple comment il devait vivre. Impossible de parler de nos cérémonies sans la pipe sacrée. Aucun rituel ne peut être célébré sans fumer la pipe. Fumer la pipe est en soit une cérémonie solennelle. Elle est le lien entre l’homme et le grand esprit par la fumée qui émane de celle-ci.

Il ressort de celle-ci un grand pouvoir, loin d’être un simple objet de pierre et de bois , elle est à nos yeux douée de la vie.

La pipe est le coeur de l’indien. Le fourneau, en pierre rouge, en est la chair et le sang.Le tuyau est la colonne vertébrale, ou le corps, et la fumée qui monte est le souffle de Wakan Tanka

La pipe elle-même n’est pas sacrée, mais c’est l’usage que nous en faisons et les prières que nous récitons en fumant qui lui donnent ce caractère. Une pipe n’est qu’un objet matériel, de fabrication humaine, jusqu’au jour où elle est utilisée dans une cérémonie, où on pris avec elle, où elle est vraimment consacrée. C’est alors quelle change de nature. En la tenant au creux de le main, on sent son pouvoir et sa vibration spirituelle.

Quand la femme Bison Blanc vint à nous, elle nous apporta la pipe. Le récit de sa venu se transmet de génération en génération. Il y a très très très longtemps, ou une année le gibier restait introuvable dans toute la plaine et où beaucoup de tribus avait faim. Parmis les 7 tribus rassemblées se trouvaient les Itazipchos, les "Sans Arcs". Ils étaient affamés, et ils cherchaient désespérément des bisons. Le chef Standing Hollow Horn, (Corne-creuse-dressée), choisit parmi ses guerriers deux jeunes hommes qui furent chargés de partir en éclaireurs à la recherche de gibier. Il poussèrent leur exploration bien loin, de tous côtés, mais en vain.

Mais au moment ou le découragement s’était emparé d’eux et ou il se préparaient à renoncer et à rentrer au camp, l’un d’eux dit: "Mon frère, je vois un bison au loin, qui vient vers nous." Ils l’observèrent qui se rapprochait, et l’autre jeune guerrier s’exclama: "Ce n’est pas un bison qui vient là, mais une femme!"

C’est une femme d’une beauté que les mots sont bien pauvre pour décrire. Elle était vêtue d’une peau de cerf blanche, bordée de franges, mais sans aucun ornement, qui l’enveloppait comme une robe longue. Ses cheveux , dénoués, flottaient doucement au vent, du côté gauche y était accrochée une touffe de poil de bison.

Quand cette étrange femme fut proche à la toucher, un des éclaireurs déclara: "Cette fille est toute seule. Sa beauté dépasse l’imagination. Je vais m’allonger avec elle.

Son frère répondi: "Mon frère, ne fait pas ça. Ce n’est pas une femme ordinaire. Tu ne vois donc pas quelle marche au-dessus du sol, sans que ses pieds touchent la Terre?"

Mais l’autre refusa de l’écouter, et il tendit la main pour la toucher. Alors un nuage s’abattit sur lui, et quand il se dissipa, il na restait du guerrier qu’un tas d’os.

Cette étrange femme s’adressa à l’autre éclaireur: "Ton ami avait des pensées impures, et il a été puni de son manque d’humilité. Je suie envoyée par la nation Bison, et j’apporte un message pour ton peuple, un message d’une extrême importance. Retourne dans ta tribu, et raconte-leur ce qui s’est passé. Demain,au lever du soleil, je viendrai jusqu’à votre camp. Dis au peuple que tout doit être prêt pour ma visite. Dis-leur de dresser un tip spécial, dont la porte soit orientée dans la direction où le soleil disparaît le soir. Que le sol en soit parsemé de sauge. Avec trois bâtons, deux dressés, un couché, que l’on fabrique un râtelier, devant lequel on posera un crâne de bison. Veillez aussi à préparer un carré de terre soigneusement aplani. Que tout soit sanctifié. Â présent, repars vers ton camp sans te retourner."

Le jeune guerrier suivit ces instructions. Il rapporta au chef Standing Hollow Horn ce qui était arrivé à son ami et les exigences de cette étrange femme. Le chef fit tous les préparatifs pour cette visite. Pour que tous hommes, femmes et enfants soient prêt au levé du soleil pour accueillir cette femme wakan (sacrée). Au première lueurs de l’aube, la Jeune Femme Sacrée apparut, dans le même tenue que le veille. Elle tenait au creux des mains la Ptehinchala Huhu Chanunpa, la Pipe Sacrée Entre Toutes, taillée dans l’os du jerret d’un jeune bison. Cette pipe n’était pas la fabrication humaine, mais c’est Wakan Tanka, le Créateur, qui l’avait façonnée. Ptesan Win, Femme Bison Blanc, car tel fut son nom désormais, marcha sue les brins de sauge répandus sur le sol en chantant:

On voit mon souffle monter

Et je marche

Vers cette nation (du bison)

Je suis en marche,

Et

On entend ma voix.

Je marche.

On voit mon souffle monter

Et je marche.

Cette chose rouge, sacrée,

C’est pour elle que je marche.

Ptesan Win pénétra dans la hutte préparé à son intention, où elle s’assit à la place d’honneur. Puis elle entama un chant: "Mettez cette pipe sacrée au centre. Adressez vos prières à Wakan Tanka, la Créateur. Cette Pipe, c’est lui qui vous l’a offerte." Elle se tourna vers l’ouest, dont la couleur est le noir, et leva la ipe: "je fais cette offrande aux Wakinyans, las Grands être ailés. Je leur adresse mes prières." Puis elle se tourna vers la droite, en direction du nord, dont le couleur est le rouge, et leva la Pipe:" Au Tourbillon, et à tout ce qui se déplace en cercle, au Vent et aux quatre Directions Sacrées, je fais cette offrande." Elle se tourna vers l’est, dont la couleur est le jaune, pour présenter la Pipe: " Le soleil se lève, qui nous offre une nouvelle journée, qui rend grâce pour tout ce qui vit." Elle se tourne vers le sud, dont la couleur est le blanc, en priant: "Je rends grâce au monde des Esprits, le monde qui se trouve au-delà."

Quand elle eut bouclé le cercle, elle leva la Pipe bien haut vers le ciel, pour prier et instruire le peuple:"Je suis votre soeur. Nous ne formons qu’un, un peuple, un esprit. Nous sommes la nation Bison." Puis elle chanta:

Je vous donne cette Terre,

Vous y marcherez

D’un pas sacré.

Vous marcherez, en parfaite équilibre avec Unchi,

Notre Grand-Mère la Terre.

Je vous donne cette Pipe sacrée.

Avec elle vous prierez

Pour tout ce qui vit,

Pour les créatures qui marchent, qui volent,

qui nagent et qui rampent.

S’ adressant au peuple, elle ajouta:" Un jour, je reviendrai, et ce sera pour toujours. Alors commencera une nouvelle vie, et une nouvelle intelligence."

Puis elle apprit au chef a bourrer la pipe de tabac sacrée, à l’allumer à l’aide d’un morceau de bouse de bison (la bouse servait de combustible) rougie au feu, et à  la fumer de la manière appropriée à une cérémonie. Au lakota, elle donna les 7 rituels sacrés: L’Inipi ou Purification dans la loge à sudation, la quête de vision, la danse du soleil, la garde de l’esprit, l’Ishnati Alonwanpi, ou rite de la puberté des jeunes filles, l’Apparentement, et le lancer-de-Balle.

Aux homme elle déclara:" Vous possédez la force. Vous devez protéger et agir avec bienveillance envers ceux qui sont sans défense, les femmes et les enfants. Vous devez partager votre nourriture avec ceux dont la faiblesse physique ou l’âge les empêche de subvenir à leurs propres besoins. Vous devez prier avec cette Pipe. Vous, les Sans-Arcs, vous avez été choisis pour recevoir ce présent, mais il appartient à toutes les nations rouges."

Aux femmes, Ptesan Win déclara :" Vous n’avez pas la force, mais vous être fortes. C’est votre force qui maintient l’unité de la famille. Vous, qui donnez la vie, vous êtes le ventre de la nation. Vous aimez les enfants. Vous montez de la bienveillance envers tout ce qui vit. Wakan Tanka vous aime."

Aux petits enfants, elle dit:" Vous êtes encore petits, mais vous allez grandir, pour devenir des hommes et des femmes, qui marcherons sur la voie de la Pipe, et transmettront cette étincelle à la génération suivante. Vous êtes bénis."

Quatre jours durant, Ptesan Winenseigna à tous à se comporter en être humains. Elle leur apprit tout ce qu’ils devaient savoir. Quand elle eut achevé se tâche, elle dit au peuple:" Je doit vous quitter à présent, mais si vous me suivez jusqu’au sommet de cette colline, là-bas, vous n’aurez plus faim." Et elle se mit en route vers l’est, suivie, à distance respectueuse, par l’ensemble du peuple, qui était à la fois très impressionné et reconnaissant envers cette sainte femme. Quand elle fut sur cette colline, elle se changea en jeune bison blanc, avant lentement de disparaître. Quand ils atteignirent le sommet de la colline, ils virent, de l’autre côté, un troupeau de bison prêts à offrir leur chair afin que la nation puisse vivre."

Voilà comment Archie Fire Lame Deer narre dans ces mémoire comment la pipe sacrée fut apporté aux tribu.

Selon Wallace Black Elk, né en 1921 sue la Réserve de Rosebud, homme-médecine et leader Spirituel des Sioux lakota. Voilà comment construisit sa première chanunpa, alors qu’il n’était encore qu’un enfant.

C’est le long d’un ruisseau qu’ils ont trouvés ( lui et son grand-père) le frêne qu’il cherché pour y tailler le tuyau de sa chanunpa. Aprés l’avoir découvert, il a attendu un an avant de couper le tronc pour l’évider.

cal 

Un an pour attendre le bon moment, pour prier, pour le regarder sous tous les angles possible. L’année d’après, ils se rendirent à la carrière de pierre située à Pipestone, dans le minnesota. Il n’y a que là que l’on extrait cette pierre, que les blanc on appelaient catlinite ( d’autres roche comme, stéatite noire ou la pierre à savon étaient utilisées ).

 fourneau2

  Calumets_3

fourneau3

Fourneau_calumetpierre a_4

Il s’agit d’une pierre tendre et rouge ( les anciens disent que c’est le sang des bisons qui son morts pour que nous puissions vivre, qui a fait que le sang soit devenu pierre). Il a fallu huit jours, huits jours à creuser pour extraire le bon morceau. Le bloc a été coupé en petits coudes. Nous avons choisi le plus gros morceau et avons commencé à tailler le fourneau de la pipe. Utilisant pour celà des morceaux de bois de saule, de la graisse de bison de de la cendre. Ensuite nous avons percé un conduit dans le tuyau et s’assurer que le conduit est bien dans l’axe du fourneau. Un fois fini, il ne restait plus qu’à façonner l’extérieur de la pierre. Avec la graisse de bison et la cendre qu’on frotte sur la pierre à l’aide d’une peau de daim. Il a fallu une année entière pour façonner la pierre. Après cela, nos avons dû tailler le tuyau pour qu’il s’adapte parfaitement au fourneau. Total, il aura fallu 4 ans pour la réalisé.

Elles étaient souvent décoré avec, des perles, du tissus, de la fourrure piquants de porcs épiques et des plumes.

Pour la préparer, on emploi un mélange spéciale composé de quatre dose d’écorce de saule rouge, une dose de tabac, une dose de kinickinic (appelé aussi bear berry, arctostaphylos uva-ursi : arbuste éricacé à feuilles persistantes de remorquage, un uva-ursi d’Arctostaphylos, avec de petites fleurs rosâtre-blanches, des baies rouges, et des feuilles d’astringent) à peine saupoudré de racine de tabac. Pour que le mélange soit bon il y a un dosage à respecter. Il faut savoir aussi à quelle phase de la lune ramasser chacune des plantes. De plus, on n’utilise que certaines parties de la plante, et non le pied entier. C’est ainsi qu’on parle d’écorce de sule rouge alors qu’en réalité on ne prélève que la fine péllicule verte qui se trouve entre l’écorce et le tronc. Il faut ensuite apprendre à faire sécher ces plantes et à les couper.

Quand on bourre la Chanunpa, il faut entonner le chant du bourrage de la pipe sans que cela soit une obligation. A sce moment là, tout le monde dois se montré silencieux et respectueux. Il y a une certaine manière pour tasser le mélange dans la pipe.

Au moment de mettre le tabac dans le fourneau, Il faut mieux éviter d’associer de mauvaise pensée ou de mauvaise paroles et de ne vouloir de mal à personne. Et de ne pas y mettre d’autres substances qui ne devraient pas y être, au risque que ces pouvoir se retourne contre vous.

Vous devez formuler la raison de votre offrande, en commençant par "Tunkashila (le créateur), j’offre cette Chanunpa…."  Ensuite, vous vous tournez vers médecine et lui présentez la Chanunpa. Il étend les bras (paumes vers le haut). Vous tenez la Chanunpa à deux mains (paumes levées), puis vous déposez dans ses mains quatre fois. Vous ne la lui laissez pas. Vous la déposez et la reprenez en prononçant à chaque fois une prière. La quatrième fois, vous la lui laissez. Il va l’accepter et à ce moment là, tout le monde criera "Hi-ho!Hi-ho!", en guise d’applaudissement.

  kluvwais

Voir ici, pour la légende de Femme Bison Blanc

Advertisements