Le traité de Fort Laramie était un accord entre les États-Unis et le peuple indien Lakota qui fut signé en 1868 à Fort Laramie dans le Wyoming. Ce traité garantissait la possession par les indiens de la région des Black Hills dans le Dakota du Sud, le Wyoming et le Montana.

 

 

ARTICLES D’UN TRAITÉ
FAIT ET CONCLU PRÈS ET ENTRE

Le lieutenant le Général William T. Sherman, le Général William S. Harney, le Général Alfred H. Terry, la prédiction générale d’O.O., J.B. Henderson, Nathaniel G. Taylor, John G. Sanborn, et Samuel F. Tappan, a dûment nommé des commissaires de la part des Etats-Unis, et les différentes bandes de la nation de Sioux des Indiens, par leurs chefs et headmen, lesquels des noms sont ci-joint souscrits, ils étant convenablement autorisés pour agir dans les lieux.

 

ARTICLE I.


De ce jour expédiez toute la guerre entre les parties à cet accord pour jamais cessera. Le gouvernement des Etats-Unis désire la paix, et son honneur est par ceci mis en gage pour la garder. Les Indiens désirent la paix, et ils mettent en gage maintenant leur honneur pour le mettre à jour.

Si mauvais les hommes parmi les blancs, ou entre d’autres sujet à l’autorité des Etats-Unis, commettront mal sur la personne ou la propriété des Indiens, la volonté des Etats-Unis, sur la preuve faite à l’agent, et expédiée au commissaire des affaires indiennes à la ville de Washington, procéderont immédiatement causer le contrevenant d’être arrêtés et punis selon les lois des Etats-Unis, et rembourseront également la personne blessée pour la perte soutenue.

Si les mauvais hommes parmi les Indiens commettront un mal ou une déprédation sur la personne ou la propriété non d’un, le blanc, le noir, ou l’Indien, sujet à l’autorité des Etats-Unis, et à la paix en conséquence, les Indiens dans le présent nommés solennellement sont qu’ils, sur la preuve faite à leur agent, et la notification par lui, pour livrer vers le haut du délinquant d’accord sur les Etats-Unis, pour être essayés et punis selon ses lois, et, au cas où ils refuseraient obstinément ainsi pour faire, la personne blessée sera remboursée pour sa perte des annuités, ou d’autres argents dus ou pour devenir due à eux sous ceci ou à d’autres traités faits avec Les Etats-Unis ; et le président, sur informer avec le commissaire des affaires indiennes, prescrira de tels règles et règlements pour s’assurer des dommages sous les dispositions de cet article comme dans son jugement peut être perte appropriée, mais unique soutenir tout en violant les dispositions de ce traité, ou les lois des Etats-Unis, seront remboursées pour cette fin.

 

ARTICLE II.

Les Etats-Unis conviennent que la zone suivante du pays, à l’esprit, à savoir : débutant sur la banque est du fleuve du Missouri où le quarante-sixième parallèle de la latitude du nord croise la même chose, de là le long de la marque de la bas-eau a vers le bas dit la banque est à un point vis-à-vis d’où la ligne nordique de l’état du Nébraska heurte le fleuve, de là occidental à travers ledit fleuve, et suivant la ligne nordique du Nébraska au 104th degré de longitude occidental de Greenwich, de là du nord sur ledit méridien à un point où le quarante-sixième parallèle de la latitude du nord arrête la même chose, de là directement est le long de ledit parallèle au lieu de commencer ; et en outre là-dessus, toutes les réservations existantes de l’est en arrière de ledit fleuve, seront et les mêmes sont, positionnement à part à l’utilisation et au métier absolus et calmes des Indiens dans le présent nommés, et pour de tels autres tribus amicales ou différents Indiens comme de temps en temps elles peuvent être disposées, avec le consentement des Etats-Unis, pour admettre parmi eux ; et les Etats-Unis conviennent maintenant solennellement qu’aucunes personnes, à moins que ceux dans le présent indiquées et autorisées ainsi pour faire, et excepté de tels dirigeants, agents, et employés du gouvernement comme peut être autorisé à commenc sur des réservations indiennes dans l’exercice les fonctions encouragées par loi, jamais soient autorisées pour passer au-dessus de, arranger au moment, ou pour résider dans le territoire décrit en cet article, ou dans un tel territoire comme peut être ajouté à cette réservation pour l’usage de lesdits Indiens, et dorénavant elles et abandonnent par ceci toutes les réclamations ou droite dans et à n’importe quelle partie des Etats-Unis ou des territoires, à moins que comme soit embrassé dans les limites susmentionnées, et excepté comme ci-après fourni.

 

ARTICLE III.


S‘il apparaît de l’étude réelle ou de tout autre examen satisfaisant de ladite région de terre qu’il contient moins de 160 acres de terre tillable pour chaque personne qui, lorsque, peut être autorisée à résider sur lui sous les dispositions de ce traité, et un nombre très considérable d’un tel hsall de personnes soit disposé au comence cultivant le sol comme fermiers, les Etats-Unis sont d’accord sur le positionnement à part, pour l’usage de lesdits Indiens, comme dans le présent fourni, une telle quantité supplémentaire de terres arables, se touchant à ladite réservation, ou comme près aux mêmes qu’elle peut être obtenu, comme peuvent être exigés pour fournir la quantité nécessaire.

ARTICLE IV.


Les Etats-Unis conviennent, à ses propres frais appropriés, la construction, à un certain endroit sur le fleuve du Missouri, près du centre de ladite réservation où le bois de construction et l’eau peuvent être commodes, les bâtiments suivants, l’esprit, un entrepôt, une enregistrer-pièce pour l’usage de l’agent en enregistrant des marchandises appartenant aux Indiens, le coût pas moins de $2.500 ; un bâtiment d’agence, pour la résidence de l’agent, au coût n’excédant pas $3.000 ; une résidence pour le médecin, au coût pas plus de $3.000 ; et cinq autres bâtiments, pour un charpentier, fermier, forgeron, miller, et ingénieur-chaque au coût n’excédant pas $2.000 ; aussi, une école, ou bâtiment de mission, tellement bientôt car un nombre suffisant d’enfants peut être induit par l’agent pour aller à l’école, qui ne coûtera pas excéder $5.000.

Les Etats-Unis conviennent en outre pour causer pour être érigés sur ladite réservation, près des autres bâtiments dans le présent autorisés, d’une scierie circulaire de bonne vapeur, avec une machine de blé à moudre-moulin et de bardeau attachée à la même chose, pour coûter ne pas excéder $8.000.

 

ARTICLE V.

Les Etats-Unis conviennent que l’agent pour lesdits Indiens fera à l’avenir sa maison au bâtiment d’agence ; qu’il résidera parmi eux, et maintient un bureau ouvert à tout moment afin de l’enquête prompte et diligente dans de tels sujets de plainte par et contre les Indiens comme peut être présenté pour la recherche sous les dispositions de leurs conditions de traité, comme également pour l’exercice fidèle d’autres fonctions encouragées sur lui par loi. Dans tous les cas de déprédation sur la personne ou la propriété il causera l’évidence d’être prise dans l’écriture et expédié, ainsi que ses résultats, au commissaire des affaires indiennes, dont la décision, sujet à la révision du secrétaire de l’intérieur, liera sur les parties à ce traité.

 

ARTICLE VI.


Si appartenir individuel à lesdites tribus des Indiens, ou légalement incorporé avec eux, étant la tête d’une famille, désirera débuter l’affermage, il aura le privilège à choisir, en présence et avec l’aide de l’agent puis responsable, une région de terre dans ladite réservation, n’excédant pas trois cents et vingt acres dans l’ampleur, que la région, quand ainsi choisie, certifiée, et enregistrée dans le « livre de terre » comme dans le présent dirigé, cessera d’être tenu en commun, mais les mêmes peuvent être occupés et tenus dans la possession exclusive de la personne la choisissant, et de sa famille, à condition que lui ou elles peut continuer à le cultiver.

Toute personne sur dix-huit ans, n’étant pas le chef d’une famille, peut de manière semblable choisir et causer pour être certifiée à lui, aux fins de la culture, à une quantité de terre, n’excédant pas quatre-vingts acres dans l’ampleur, et sur quoi ait droit à la possession exclusive des mêmes qu’au-dessus de dirigé.

Pour chaque région de terre ainsi choisie un certificat, contenir une description en et le nom de la personne le choisissant, avec un certificat approuvé là-dessus que le même a été enregistré, sera livré à la partie eue droit à lui, par l’agent, après que les mêmes aient été enregistrés par lui dans un livre à maintenir dans son bureau, sujet à l’inspection, que ledit livre sera connu comme « livre de terre de Sioux. »

Le président peut, à tout moment, commander une étude de la réservation, et, quand ainsi examiné, le congrès prévoira protéger les droites de lesdits colons dans leurs améliorations, et peut fixer le caractère du titre tenu par chacun. Les Etats-Unis peuvent passer de telles lois au sujet de l’aliénation et de la descente de la propriété entre les Indiens et leurs descendants comme peut être approprié pensé. Et on le stipule encore que tous les Indiens mâles sur dix-huit ans, de n’importe quelle bande ou la tribu qui est ou deviendra ci-après une partie à ce traité, qui a lieu maintenant ou qui ira bien ci-après à un résidant ou occupant de n’importe quelle réservation ou territoire non inclus dans la région du pays indiquée et décrit dans ce traité pour la maison permanente des Indiens, qui n’est pas une terre minérale, ni réservé par les Etats-Unis pour des buts spéciaux autres que le métier indien, et qui aura apporté des améliorations là-dessus de la valeur de deux cents dollars ou plus, et sans interruption occupé les mêmes qu’une ferme pour la limite de trois ans, soyez autorisé à recevoir des Etats-Unis un brevet pour cent soixante acres de terre comprenant ses lesdites améliorations, les mêmes à être sous forme de subdivisions légales des études des terres publiques. Sur l’application dans l’écriture, soutenue par la preuve de deux témoins désintéressés, faite au registre du bureau de terre local quand la terre recherchée pour être entré est dans une zone de terre, et quand la région recherchée pour être entré n’est pas dans aucune zone de terre, alors sur ladite application et preuve étant faites au commissaire de l’Office de terre général, et la droite de tels Indien ou Indiens d’écrire de telle région ou régions de terre s’accroîtra et sera parfaite de la date de ses premières améliorations là-dessus, et continuera tant que soyez continue sa résidence et améliorations et plus. Et tous les Indien ou Indiens recevant un brevet pour la terre sous les dispositions antérieures de ce fait et dès lors de devenu et être un citoyen des Etats-Unis et avoir droit à tous privilèges et immunités de tels citoyens, et, en même temps, maintiendra toutes ses droites aux avantages s’accroissant aux Indiens aux termes de ce traité.

 

ARTICLE VII.


Afin d’assurer la civilisation des Indiens entrant dans ce traité, la nécessité de l’éducation est admise, particulièrement de telles de elles comme sont ou peuvent être arrangés sur lesdites réservations agricoles, et il se met en gage, donc, pour contraindre leurs enfants, mâle et femelle, entre les âges de six et seize ans, pour s’occuper de l’école, et de elle par ceci faits au devoir de l’agent pour que lesdits Indiens voient que cette condition est est strictement satisfaite à ; et les Etats-Unis conviennent que pour chaque trente enfants entre lesdits âges, qui peuvent être induits ou obligés pour aller à l’école, une maison sera donnée, et un professeur compétent pour enseigner les branchements élémentaires d’une éducation anglaise sera fourni, qui résidera parmi lesdits Indiens et déchargera loyalement ses fonctions en tant que professeur. Les dispositions de cet article de continuer pendant pas moins de vingt années.

 

ARTICLE VIII.


Quand la tête d’une famille ou d’une loge aura choisi des terres et aura reçu son certificat comme au-dessus de dirigé, et l’agent sera satisfait qu’il a l’intention en bonne foi de débuter cultivant le sol pour une vie, il sera autorisé à recevoir des graines et des instruments agricoles pendant la première année, n’excédant pas en valeur cent dollars, et pendant chaque année de réussite qu’il continuera à cultiver, pendant une période trois ans de de plus, il seront autorisés pour recevoir des graines et des instruments comme susmentionné, n’excédant pas en valeur vingt-cinq dollars. Et on le stipule encore que des personnes telles que débutent cultivant recevront l’instruction du fermier dans le présent prévu, et toutes les fois que plus de cent personnes commenc sur la culture du sol, un deuxième forgeron sera équipé, d’un tel fer, d’acier, et de tout autre matériel comme peut être nécessaire.

 

ARTICLE IX.

À tout moment après dix ans de fro la fabrication de ce traité, les Etats-Unis aura le privilège de retirer le médecin, le fermier, le forgeron, le charpentier, l’ingénieur, et le miller dans le présent prévu, mais en cas d’un tel retrait, une somme supplémentaire ensuite de dollars de dix-millièmes par an sera consacrée à l’éducation de lesdits Indiens, et le commissaire des affaires indiennes, sur l’enquête soigneuse dans leur état, faire de tels règles et règlements pour la dépense de lesdites sommes comme favorisera mieux l’éducation et l’amélioration morale de lesdites tribus.

 

ARTICLE X.


Au lieu de toutes les sommes d’argent ou d’autres annuités fournies pour être payé aux Indiens dans le présent nommés aux termes de tous les traité ou traités jusqu’ici faits, les Etats-Unis sont pour livrer à la maison d’agence sur la réservation dans le présent nommée, ou avant le premier jour d’août de tous les ans, pendant trente années, les articles suivants, d’accord sur l’esprit :

Pour chaque personne mâle plus de 14 ans, costume du bon habillement de laine substantiel, manteau se composant, pantalons, chemise de flanelle, chapeau, et paire de chaussettes faites maison.

Pour chaque femelle sur 12 ans, une chemise de flanelle, ou les marchandises nécessaires pour faire elle, une paire du tuyau de laine, 12 yards du calicot, et 12 yards des domestiques de coton.

Pour les garçons et les filles sous les âges nommés, flanelle et des marchandises de coton telles que peut être nécessaire pour faire chaque un costume comme susmentionné, ainsi qu’une paire de tuyau de laine pour chacun.

Et pour que le commissaire des affaires indiennes puisse pouvoir estimer correctement pour les articles dans le présent nommés, ce sera le devoir de l’agent tous les ans pour expédier lui à un plein et exact recensement des Indiens, sur lesquels l’évaluation d’année en année peut être basée.

Et en plus de l’habillement dans le présent nommé, la somme de $10 pour chaque personne eue droit aux effets bénéfiques de ce traité seront annuellement appropriés pendant une période de 30 ans, alors que de telles personnes errent et chassent, et $20 pour chaque personne qui s’engage dans l’affermage, à employer par le secrétaire de l’intérieur dans l’achat de tels articles que de temps en temps l’état et les nécessités des Indiens peuvent indiquer pour être appropriés. Et si dans les 30 années, à tout moment, il s’avérera que le montant d’argent a eu besoin pour l’habillement, sous cet article, peut être approprié d’améliorer des utilisations pour les Indiens nommés dans le présent, le congrès peut, par loi, changer l’appropriation en d’autres buts, mais dans aucun cas la quantité de l’appropriation sera retiré ou cessé pour la période nommée. Et le président détaillera annuellement un dirigeant de l’armée pour être présent et certifier la livraison de toutes marchandises dans le présent nommées, aux Indiens, et lui examinera et rendra compte de la quantité et de la qualité des marchandises et de la façon de leur livraison. Et on le stipule par ceci expressément que chacun indien au-dessus de l’âge de quatre ans, qui aura retiré et aura arrangé de manière permanente sur ladite réservation, une livre de viande et une livre de farine par jour, si les Indiens ne peuvent pas fournir leur propre subsistance à une date plus rapprochée. Et on le stipule que les Etats-Unis fourniront et livreront à chaque loge des Indiens ou à famille des personnes légalement incorporées avec, qui retirera sur la réservation dans le présent décrite et débutera l’affermage, une bonne vache américaine, et une bonne paire bien-cassée de boeufs américains dans les 60 jours après qu’une telle loge ou famille aura ainsi est arrangé encore sur ladite réservation.

 

ARTICLE XI.


Dans la considération des avantages et des avantages a conféré par ce traité et les nombreux engagements de l’amitié par les Etats-Unis, les tribus qui sont des parties à cet accord stipulent par ceci qu’elles abandonneront bien pour occuper de manière permanente le territoire en dehors de leurs réservations comme dans le présent définies, mais pourtant se réserver le droit de chasser sur n’importe quel nord de terres de platte du nord, et sur la fourchette républicaine du fleuve fumeux de colline, à condition que le buffle puisse s’étendre là-dessus dans de tels nombres quant à justifiez la chasse. Et ils, lesdits Indiens, promeuvent conviennent expressément :

1er. Qu’ils retireront toute l’opposition à la construction des chemins de fer maintenant étant construits sur les plaines.

2d. Qu’ils permettront la construction paisible de n’importe quel chemin de fer ne passant pas au-dessus de leur réservation comme dans le présent définie.

3d. Qu’ils n’attaqueront pas toute personne à la maison, ou voyageant, ni molestent ou dérangent tous les trains de chariot, entraîneurs, mules, ou bétail appartenant au peuple des Etats-Unis, ou aux personnes amicales en conséquence.

4ème. Ils ne captureront jamais, ou portez hors fonction des règlements, des femmes blanches ou des enfants.

5ème. Eux ne détruiront jamais ou les hommes blancs de cuir chevelu, ni la tentative de les faire mal.

6ème. Ils retirent toute la prétention de l’opposition à la construction du chemin de fer maintenant étant construit le long du fleuve de Platte et à l’ouest à l’océan pacifique, et ils pas dans le futur objet à la construction des chemins de fer, des routes de chariot, des stations de courrier, ou d’autres travaux d’utilitaire ou de nécessité, qui peuvent être commandés ou autorisés par les lois des Etats-Unis. Mais si de telles routes ou d’autres travaux sont construits sur les terres de leur réservation, le gouvernement payera la tribu quelque quantité de dommages puisse être évaluée par trois commissaires désintéressés à nommer par le président dans ce but, un de lesdits commissaires à être un chef ou un headman de la tribu.

7ème. Ils acceptent de retirer toute l’opposition aux sud maintenant établis militaires de poteaux ou de routes du fleuve de platte du nord, ou cela peut être établi, pas dans la violation des traités jusqu’ici faits ou ci-après être fait avec les tribus indiennes.

 

ARTICLE XII.


Aucun traité pour la cession de n’importe quelle partie ou partie de la réservation dans le présent n’a décrit qui peut être tenue en commun, sera de n’importe quelle validité ou la force par comparaison avec lesdits Indiens à moins qu’exécuté et signé par au moins des trois-quarts de tous Indiens mâles d’adulte occupant ou intéressé dans la même chose, et aucune cession par la tribu soit compris ou interprété d’une telle façon quant à privent, sans son consentement, n’importe quel membre individuel de la tribu de ses droites à n’importe quelle région de terre choisie par lui conformément à l’article VI de ce traité.

 

ARTICLE XIII.


Les Etats-Unis acceptent par ceci de fournir annuellement aux Indiens le médecin, professeurs, charpentier, miller, ingénieur, fermier, et forgerons, comme dans le présent contemplé, et que de tels crédits seront faits de temps en temps, sur l’évaluation du secrétaire de l’intérieur, comme soyez suffisant pour employer de telles personnes.

 

ARTICLE XIV.


On le convient que la somme de cinq cents dollars annuellement pendant trois années de date sera dépensée dans les présents aux dix personnes de ladite tribu qui dans le jugement de l’agent peuvent accroître les collectes les plus valables pendant l’année respective.

 

ARTICLE XV.


Les Indiens dans le présent nommés conviennent que quand la maison d’agence et d’autres bâtiments seront construits sur la réservation nommée, elles considéreront ladite réservation leur maison permanente, et elles ne feront aucun règlement permanent ailleurs ; mais elles auront le droit, sujet aux conditions et aux modifications de ce traité, de chasser, comme stipulé en article XI de ceci.

 

ARTICLE XVI.


Les Etats-Unis par ceci conviennent et stipulent que le nord de pays du fleuve de platte du nord et à l’est des sommets des grandes montagnes de klaxon sera tenu et considéré être unceded. Le territoire indien, et également stipule et convient qu’aucune personne ou personne blanche ne sera autorisée pour arranger au moment ou pour occuper n’importe quelle partie de la même chose ; ou sans consentement des Indiens, a eu la première fois et obtenu, pour passer par la même chose ; et il en outre est convenu par les Etats-Unis, celui dans les quatre-vingt-dix jours après la conclusion de la paix avec toutes bandes de la nation de Sioux, les poteaux militaires maintenant établis dans le territoire en cet article nommé seront abandonnés, et que la route menant à elles et par elles aux règlements dans le territoire du Montana sera fermée.

 

ARTICLE XVII.


On le comprend par ceci et est convenu expressément par et entre les parties respectives ce traité que l’exécution de ce traité et sa ratification par le sénat des Etats-Unis auront l’effet, et sera interprété en tant qu’abroger et annuler tous les traités et accords jusqu’ici écrits dans entre les parties respectives ci-joint, autant que de tels traités et accords obligent les Etats-Unis à fournir et fournir l’argent, l’habillement, ou d’autres articles de propriété à de tels Indiens et les bandes des Indiens comme les parties devenues à ce traité, mais pas plus.

Dans le témoignage de tous ce que, nous, lesdits commissaires, et nous, chefs et les headmen de la bande de Brule de la nation de Sioux, avons le hereunto réglé nos mains et joints au fort Laramie, le territoire du Dakota, ce vingt-neuvième jour d’avril, dans l’année mille huit cents et le soixante huit.

N.G. TAYLOR,

SHERMAN de W.T.,
Lieutenant général

WM. S. HARNEY,
Général principal Etats-Unis de Brevet

JOHN B. SANBORN,

S.F. TAPPAN,

PRÉDICTION de C.C.,
Général principal de Brevet

ALFRED H. TERRY,
Général principal Etats-Unis de Brevet

Certifiez :

BLANC d’A.S.H., secrétaire.

Exécuté de la part de la bande de Brule de Sioux par les chefs et le headman dont les noms sont ci-joint annexés, ils étant thereunto ont convenablement autorisé, au fort Laramie, D.T., le vingt-neuvième jour d’avril, par année A.D. 1868.

MA-ZA-PON-KASKA, sa marque de X, interpréteur de commandes interactif de fer.

WAH-PAT-SHAH, sa marque de X, feuille rouge.

HAH-SAH-PAH, sa marque de X, klaxon noir.

ZIN-TAH-GAH-LAT-WAH, sa marque de X, queue repèrée.

ZIN-TAH-GKAH, sa marque de X, queue blanche.

ME-WAH-TAH-NE-HO-SKAH, sa marque de X, homme grand.

SHE-CHA-CHAT-KAH, sa marque de X, mauvaise main gauche.

NO-MAH-NO-PAH, sa marque de X, deux et deux.

TAH-TONKA-SKAH, sa marque de X, bull. blanc.

CON-RA-WASHTA, sa marque de X, joli ragondin.

HA-CAH-CAH-SHE-CHAH, sa marque de X, mauvais élan.

WA-HA-KA-ZAH-ISH-TAH, sa marque de X, lance d’oeil.

MA-TO-HA-KE-TAH, sa marque de X, ours qui regarde derrière.

BELLA-TONKA-TONKA, sa marque de X, grand partisan.

MAH-TO-HO-HONKA, sa marque de X, ours rapide.

TO-WIS-NE, sa marque de X, endroit froid.

ISH-TAH-SKAH, sa marque de X, oeil blanc.

MA-TA-LOO-ZAH, sa marque de X, jeûnent ours.

AS-HAH-HAH-NAH-SHE, sa marque de X, élan debout.

CAN-TE-TE-KI-YA, sa marque de X, le coeur de braver.

SHUNKA-SHATON, sa marque de X, faucon de jour.

TATANKA-WAKON, sa marque de X, bull. sacré.

MAPIA SHATON, sa marque de X, nuage de faucon.

MA-SHA-A-OW, sa marque de X, se tient et vient.

SHON-KA-TON-KA, sa marque de X, grand chien.

Certifiez :

BLANC d’ASHTON S.H., secrétaire de la Commission.

GEORGE B. WITHS, Phonographer à la Commission.

GEO. H. HOLTZMAN.

JOHN D. HOWLAND.

JAMES C.O’ONNOR.

CHAR. E. GUERN, interprète.

LEON T. PALLARDY, interprète.

JANIS de NICHOLAS, interprète.

Exécuté de la part de la bande d’Ogallalla de Sioux par les chefs et les headmen dont les noms sont ci-joint souscrits, ils étant thereunto ont convenablement autorisé, au fort Laramie, le 25ème jour de mai, par année A.D. 1868.

TAH-SHUN-KA-CO-QUI-PAH, sien + marque,

Homme-effrayé-de-son-chevaux.

SHA-TON-SKAH, sien + marque, faucon blanc.

SHA-TON-SAPAH, sien + marque, faucon noir.

EGA-MON-TON-KA-SAPAH, sien + marque, tigre noir

OH-WAH-SHE-CHA, sien + marque, mauvaise blessure.

PAH-GEE, sien + marque, herbe.

WAH-NON SAH-CHE-GEH, sien + marque, coeur d’ordinateur de secours.

COMECH, sien + marque, corneille.

OH-HE-TE-KAH, sien + marque, le braver.

TAH-TON-KAH-HE-YO-TA-KAH, sien + marque, bull. se reposant.

SHON-KA-OH-WAH-MEN-YE, sien + marque, chien de tourbillon.

HA-KAH-KAH-TAH-MIECH, sien + marque, pauvre élan.

WAM-BU-LEE-WAH-KON, sien + marque, aigle de médecine.

CHON-GAH-MA-HE-TO-HANS-KA, sien + marque, haut loup.

WAH-SECHUN-TA-SHUN-KAH, sien + marque, cheval américain.

MAH-KAH-MAH-HA-MAK-NEAR, sien + marque,

Équipez que des promenades sous la terre.

MAH-TO-TOW-PAH, sien + marque, quatre ours.

MA-TO-WEE-SHA-KTA, sien + marque,

Un qui détruit l’ours.

OH-TAH-KEE-TOKA-WEE-CHAKTA, sien + marque,

Un qui détruit dans un endroit dur.

TAH-TON-KAH-TA-MIECH, sien + marque, le bull. pauvre.

OH-HUNS-EE-GA-NON-SKEN, sien + marque, nuance folle.

SHAH-TON-OH-NAH-OM-MINNE-NE-OH-MINNE,

sien + marque, faucon de tourbillonnement.

MAH-TO-CHUN-KA-OH, sien + marque, ours en arrière.

CHE-TON-WEE-KOH, sien + marque, faucon d’imbécile.

WAH-HOH-KE-ZA-AH-HAH, sien + marque,

EH-TON-KAH, sien + marque, grande bouche.

MA-PAH-CHE-TAH, sien + marque, mauvaise main.

WAH-KE-YUN-SHAH, sien + marque, tonnerre rouge.

WAK-SAH, sien + marque, une qui a découpé.

CHAH-NOM-QUI-YAH, sien + marque,

Un qui présente la pipe.

WAH-KE-KE-YAN-PUH-TAH, sien + marque, tonnerre du feu.

MAH-TO-NONK-PAH-ZE, sien + marque,

Ours avec les oreilles jaunes.

CON-REE-THE-KA, sien + marque, la petite corneille.

HE-HUP-PAH-TOH, sien + marque, le club bleu de guerre.

SHON-KEE-TOH, sien + marque, le cheval bleu.

WAM-BALLA-OH-CONQUO, sien + marque, aigle rapide.

TA-TONKA-SUPPA, sien + marque, bull. noir.

MOH-TOH-HA-SHE-NA, sien + marque, la peau d’ours.

Certifiez :

SALLE de S.E.

JAS. C.O’ONNOR.

J.M. SHERWOOD.

TRANCHEUSE de W.C.

SAM DEON.

MATHEWS de H.M.

JOSEPH BISS

JANIS de NICHOLAS, interprète.

LEFROY JOTT, interprète.

JANIS d’ANTOINE, interprète.

Exécuté de la part de la bande de Minneconjou de Sioux par les chefs et les headmen dont les noms sont le hereunto a souscrit, ils étant thereunto convenablement autorisés.

HEH-WON-GE-CHAT, sien + marque, un klaxon.

OH-PON-AH-TAH-E-MANNE, sien + marque,

Les élans cette marche de soufflet.

HEH-HO-LAH-ZEH-CHA-SKAH, sien + marque,

Jeune bull. blanc.

WAH-CHAH-CHUM-KAH-COH-KEEPAH, sien + marque,

Un qui a peur du bouclier.

HE-HON-NE-SHAKTA, sien + marque, le vieux hibou.

MOC-PE-A-TOH, sien + marque, nuage bleu.

OH-PONG-GE-LE-SKAH, sien + marque, élan repèré.

TAH-TONK-KA-HON-KE-SCHUE, sien + marque, bull. lent.

SHONK-A-NEE-SHAH-SHAH-ATAH-PE, sien + marque,

Le chef de chien.

MA-TO-TAH-TA-TONK-KA, sien + marque, ours de Bull.

WOM-BEH-LE-TON-KAH, sien + marque, le grand aigle.

MATOH, EH-SCHNE-LAH, sien + marque, le seul ours.

MA-TOH-OH-HE-TO-KEH, sien + marque, l’ours de braver.

EH-CHE-MA-KEH, sien + marque, le coureur.

TI-KI-YA, sien + marque, le dur.

HE-MA-ZA, sien + marque, klaxon de fer.

Certifiez :

JAS. C O’ONNOR,

WM. D. BRUN,

JANIS DE NICHOLAS,

JANIS D’ANTOINE,

Interprètes.

Exécuté de la part de la bande de Yanctonais de Sioux par les chefs et les headmen dont les noms sont ci-joint souscrits, ils étant thereunto ont convenablement autorisé :

MAH-TO-NON-PAH, sien + marque, deux ours.

MA-TO-HNA-SKIN-YA, sien + marque, ours fol.

HE-O-PU-ZA, sien + marque, Louzy.

AH-KE-CHE-TAH-CHE-KA-DAN, sien + marque, petit soldat.

MAH-TO-E-TAN-CHAN, sien + marque, ours en chef.

CU-WI-TO-WIA, sien + marque, estomac putréfié.

SKUN-KA-WE-TKO, sien + marque, chien d’imbécile.

ISH-TA-SAP-PAH, sien + marque, oeil noir.

IH-TAN-CHAN, sien + marque, le chef.

I-A-WI-CA-KA, sien + marque, celle qui indique la vérité.

AH-KE-CHE-TAH, sien + marque, le soldat.

TA-SHI-NA-GI, sien + marque, robe longue jaune.

NAH-PE-TON-KA, sien + marque, grande main.

CHAN-TEE-WE-KTO, sien + marque, coeur d’imbécile.

HOH-GAN-SAH-PA, sien + marque, poisson-chat noir.

MAH-TO-WAH-KAN, sien + marque, ours de médecine.

SHUN-KA-KAN-SHA, sien + marque, cheval rouge.

WAN-RODE, sien + marque, l’aigle.

CAN-HPI-SA-PA, sien + marque, Tomahawk noir.

WAR-HE-LE-RE, sien + marque, aigle jaune.

CHA-TON-CHE-CA, sien + marque, petit faucon,

ou long prix.

SHU-GER-MON-E-TOO-HA-SKA, sien + marque, loup d’automne.

MA-TO-U-TAH-KAH, sien + marque, ours se reposant.

HI-HA-CAH-GE-NA-SKENE, sien + marque, élan fol.

Arapahoes.

PETIT CHEF, sien + marque.

OURS GRAND, sien + marque.

HOMME SUPÉRIEUR, sien + marque.

NEVA, sien + marque.

L’OURS BLESSÉ, sien + marque.

TOURBILLON, sien + marque.

LE RENARD, sien + marque.

La GRANDE BOUCHE de CHIEN, sienne + marque.

LOUP REPÈRÉ, sien + marque.

CHEVAL d’OSEILLE, sien + marque.

CHARBON NOIR, sien + marque.

GRAND LOUP, sien + marque.

KNOCK-KNEE, sien + marque.

CORNEILLE NOIRE, sienne + marque.

Le SEUL VIEIL HOMME, sien + marque.

PAUL, sien + marque.

BULL NOIRE, sienne + marque.

GRANDE PISTE, sienne + marque.

LE PIED, sien + marque.

BLANC NOIR, sien + marque.

CHEVEUX JAUNES, sien + marque.

PEU DE BOUCLIER, sien + marque.

OURS NOIR, sien + marque.

LOUP MOCASSIN, sien + marque.

GRANDE ROBE LONGUE, sienne + marque.

CHEF de LOUP, sien + marque.

Témoins :

ROBERT P. MCKIBBIN,
Capitaine 4ème infanterie, et Bvt. Lieut. Colonne Etats-Unis,
Fort commandant Laramie.

WM. H. POWELL,
Commandant de Brevet, capitaine 4ème infanterie.

PATTERSON d’HENRY W.,
Capitaine 4ème infanterie.

THEO E. VRAI,
Deuxième lieutenant 4ème infanterie.

W.G. BULLOCK.

LARAMIE DE FORT, TERRITOIRE DU WYOMING
6 novembre 1868.

MAH-PI-AH-LU-TAH, sien + marque, nuage rouge.

WA-KI-AH-WE-CHA-SHAH, sien + marque, homme de tonnerre.

MA-ZAH-ZAH-GEH, sien + marque, canne de fer.

WA-UMBLE-WHY-WA-KA-TUYAH, sien + marque, haut aigle.

KO-KE-PAH, sien + marque, équipent effrayé.

WA-KI-AH-WA-KOU-AH, sien + marque, fonctionnement de vol de tonnerre.

Witnessess :

ECM de W. COLORANT,
L’armée américain du colonel de Brevet, commandant.

A.B. CAÏN,
Capitaine 4ème infanterie, l’armée américaine principale de Brevet.

ROBT. P. MCKIBBIN,
Capitaine 4ème infanterie, Bvt. Lieut. L’armée américaine de la colonne.

JNO. MILLER,
Capitaine 4ème infanterie.

G.L. LUHN,
Premier lieutenant 4ème infanterie, Bvt. L’armée américain du capitaine.

SLOAN de H.C.,
Deuxième lieutenant 4ème infanterie.

 

  carte1868

 

Le traité prévoyait la protection (dans la réserve) de la population indienne et de sa culture mais également prévoyait des formations diverses permettant aux indiens de se développer dans l’agriculture. Malheureusement, des violations permanentes du traité par des blancs occasionnées par la découverte d’or dans la région conduisit à une guerre. Les États-Unis en profitèrent pour saisir les terres en 1877 en violation du traité…

Cent ans plus tard, la nation Sioux dont fait partie les Lakotas remporta une victoire devant la cour suprême américaine. Le 30 juin 1980, celle-ci punit en effet le gouvernement à un montant de 105 millions de dollars (intérêts compris).

 

Le 17 décembre 2007, Russell Means et trois comparses se sont déplacés à Washington DC pour renoncé au nom des Lakotas à la citoyenneté américaine. En dénoçant la violaton répétée des traités de Fort Laramie de 1851 et de 1868.